Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Référendum constitutionnel: les imams prônent un ‘’esprit de tolérance’’ et de ‘’respect mutuel des opinions’’
Publié le mercredi 19 octobre 2016  |  APA
Traite
© Abidjan.net par Atapointe
Traite des enfants: la ministre de la famille échange avec le président du Conseil supérieur des imams (COSIM)
Jeudi 30 Octobre 2014. Abidjan. Riviera. Dans le cadre de la lutte contre la traite et l`exploitation des enfants, la ministre de la Solidarité, de la Famille de la Femme et de l’Enfant, Anne Désirée Ouloto a rencontré le président du Conseil supérieur des imams (COSIM), Cheick Boikary Fofana.
Comment


Des guides religieux musulmans réunis au sein du Conseil supérieur des Imams en Côte d’Ivoire (COSIM) ont exhorté, mardi, à Abidjan, les ivoiriens à faire preuve de retenue afin que la consultation référendaire du 30 octobre se déroule «dans un esprit de tolérance, de paix et de respect mutuel des différentes opinions».

Au cours d’un Conseil consultatif extraordinaire, présidé par son Président, le Cheick Boikary Fofana, les imams ont fait le constat que «le climat de stabilité que connaît la Côte d’Ivoire, les progrès réalisés dans divers domaines ainsi que les réalisations en cours, nécessitent en effet le renforcement de la cohésion sociale ».

« Ils exhortent toute la population, la classe politique dans son ensemble à faire preuve de retenue, à faire en sorte que l’intérêt général prenne le pas sur toutes les autres considérations. Ils ont souhaité que les divergences normales ne se transforment pas en adversité », souligne le communiqué final de cette rencontre transmis à APA.

Au cours de ces assises, le COSIM a souhaité « que la prochaine consultation référendaire prévue le 30 octobre 2016 puisse se dérouler dans un esprit de tolérance, dans la paix et le respect mutuel des différentes opinions » rappelant que « les différences d’opinions, sont un enrichissement mais les passions exacerbées sont toujours source de malheur ».

Ces religieux « qui savent qu’aucune œuvre humaine n’est parfaite », se sont félicités « de la philosophie générale qui sous-tend le texte, tout comme de certains points particuliers qui, dans leur entendement contribuent à renforcer la cohésion nationale ».Il s’agit entre autres « des engagements du projet sur la justice et l’équité tout comme sur le caractère laïc de l’Etat, du caractère humaniste du projet de texte».

Les populations ivoiriennes seront appelées à se prononcer le 30 octobre prochain par voie référendaire sur le projet de Constitution adopté par le gouvernement et le parlement mais récusé par l’opposition et des organisations de la société civile.

SY/ls/APA
Commentaires


Comment