Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

La création du Sénat, une exception ivoirienne ou une tendance africaine ?
Publié le vendredi 4 novembre 2016  |  Jeune Afrique
Référendum
© Abidjan.net par Atapointe
Référendum constitutionnelle: jour de vote à Cocody
Abidjan le 30 octobre 2016. Les Présidents Ouattara, Bedié et plusieurs membres du gouvernement se sont acquittés de leur devoir civique au Lycée Sainte Marie. Photo: Le Président Alassane Ouattara
Comment


La création du Sénat constitue l’un des points les plus critiqués de la réforme constitutionnelle en cours en Côte d’Ivoire. Pour ses détracteurs qui brandissent l’exemple du Sénégal, l’opinion publique africaine serait plutôt favorable à la suppression des chambres hautes au sein des parlements du continent. Qu’en est-il vraiment ? Réponse avec notre carte interactive.

Caisse de résonance, chambre budgétivore, institution inutile… En Afrique et ailleurs dans le monde, le Sénat se retrouve bien souvent objet de controverse. À quoi sert-il ? Ne serait-il pas plus avantageux – économiquement parlant – pour le pays de le supprimer que de le garder ? N’est-il pas un luxe pour les démocraties africaines ? À chaque réforme constitutionnelle sur le continent, les mêmes questions reviennent.

En Côte d’Ivoire, le président Alassane Dramane Ouattara a opté pour la création d’une chambre haute du Parlement. Selon les dispositions du projet de la nouvelle Constitution, adoptée à 93,42% des suffrages exprimés à l’issue du référendum du 30 octobre, ce futur Sénat ivoirien sera composé, entre autres, d’anciens présidents d’institutions, d’anciens Premiers ministres et de personnalités aux compétences nationales, désignés par le chef de l’État.
... suite de l'article sur Jeune Afrique

Commentaires


Comment