Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Le meeting du Front du refus perturbé à Yopougon par des présumés jeunes du pouvoir
Publié le samedi 5 novembre 2016  |  APA
Meeting
© Abidjan.net par Serge T
Meeting de la coalition de l`opposition regroupée au sein du Front du refus à Yopougon
Samedi 05 Novembre 2016. Abidjan, Yopougon. La Coalition de l`opposition regroupée au sein d`un meeting pour dire non à la nouvelle constitution.
Comment


Le meeting du Front du refus et de la Coalition du Non à la nouvelle constitution ivoirienne a été perturbé, samedi, à la Place Ficgayo de Yopougon à l’Ouest d’Abidjan par des présumés jeunes du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP, coalition au pouvoir).

Cette perturbation a été marquée par des jets de pierres et projectiles entre des jeunes dont certains dénonçaient le ‘’mutisme’’ de la police nationale et des forces de l’Opération des nations unies en Côte d’Ivoire (ONUCI). Après cet incident, le meeting a pu se dérouler.

Vendredi soir, le Président de Liberté et Démocratie pour la République (LIDER) Mamadou Koulibaly ainsi que le meneur de la branche dissidente du Front populaire ivoirien (FPI) Abou Drahamane Sangaré ont été brièvement interpellés par la police avant d’être relâchés.

Ils ont été entendus sur leur responsabilité relative au message de boycott qu’ils ont lancé et ces conséquences lors du scrutin référendaire de dimanche. Le Conseil constitutionnel ivoirien a rejeté, vendredi soir, les réclamations de l’opposition en validant les résultats de ce référendum constitutionnel jugé ‘’régulier’’.

‘’Les réclamations des partis politiques sont rejetées, le scrutin est régulier, le projet (de la nouvelle constitution) est adopté à 93,42% pour le oui, 6,58% pour le non et devient la constitution’’ a déclaré le Président du Conseil constitutionnel, Mamadou Koné lors d’une audience qui a statué sur les résultats provisoires.

Les réclamations où griefs de l’opposition dont les avocats étaient présents dans la salle d’audience, portaient notamment sur la falsification des résultats, la violation du code électoral, l’accès aux médias d’Etat et l’utilisation du bulletin double.

Ce scrutin référendaire boycotté par l’opposition ivoirienne a enregistré un taux de participation de 42,42%, selon la Commission électorale indépendante (CEI).

SY/ls/APA
Commentaires


Comment