Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Changements climatiques : les experts du GIEC appellent à l’action
Publié le dimanche 13 novembre 2016  |  AIP
Changements
© Autre presse par DR
Changements climatiques : les experts du GIEC appellent à l`action
Comment


Des membres du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), ont animé, vendredi, une conférence de presse dans la Zone Bleue lors des travaux de la COP22 à Marrakech sur "les clés de compréhension des changements climatiques" au cours de laquelle ils ont appelé à l'action pour y faire face.

Le panel d’experts comprenait Youba Sokona, vice-président du GIEC, Jonathan Lynn, porte-parole du GIEC, et la marocaine Fatima Drouiech vice-présidente du groupe de travail n° 1 du GIEC.

« Le rôle du GIEC est de donner les informations aux gouvernements en se basant sur les références les plus pointues de la littérature scientifique», a situé d'emblée Dr Sokona, soulignant que le GIEC n’intervenait pas dans les négociations pour le climat. Il a précisé que la décision pour réduire les changements climatiques reposait sur les politiques.

Concernant le dernier rapport du GIEC, les experts du GIEC a relevé un point essentiel vers lequel convergent les 7000 pages dudit document. Il est question du fait indiscutable que l’activité humaine a une influence directe sur le climat. Parmi les sources d’émission de gaz à effet de serre (GES) dû à l’activité humaine, 35% émanent du secteur énergétique, 24% des activités liés à l’agriculture, 21% de l’industrie, 14% des transports, et 6,4% du secteur de l’immobilier, indiquent les données du GIEG datant de 2010.

Ainsi Dr Sokona préconise la combinaison de l’adaptation et de l’atténuation des gaz à effet de serre pour réduire l’impact des changements climatiques et limiter le réchauffement climatique à 2 degrés en fin de ce siècle. Il faudra aussi qu’à cette échéance, l’activité humaine émette Zéro GES.

Ainsi, il faut agir, a martelé le vice-président du GIEC. « Si rien n’est fait le problème s’aggravera, le prix à payer sera cher parce que chaque jour où l’on n’agit pas accroît les effets dévastateurs des changements climatiques », a-t-il conclu.



ask
Commentaires


Comment