Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Procès en assises : L’ex-Première dame, Simone Gbagbo sera présente à l’audience, mardi, selon son avocat
Publié le mardi 29 novembre 2016  |  Alerte Info
Reprise
© AFP
Reprise du procès de l`ex-Première dame ivoirienne, Simone Gbagbo
Lundi 10 octobre 2016. Le procès de Simone Gbagbo, l`ex-Première dame ivoirienne, reprend à Abidjan après plusieurs semaines d`interruption.
Comment


L’ex-Première dame de Côte d’Ivoire, Simone Gbagbo, après quinze jours de suspension de sa participation au procès pour "crime contre l’humanité" sera à nouveau présente à l’audience du 29 novembre, a déclaré lundi à Abidjan, son avocat principal, Me Rodrigue Dadjé, à la presse


"Demain, nous garantissons qu’elle (Mme Gbagbo) sera là", a déclaré Me Rodrique Dadjé, ajoutant qu’ "à partir du moment où ils (les avocats) ont décidé de venir, (leur) cliente reviendra"

Le 09 novembre, Me Dadjé avait déclaré à la presse que "la défense ne participera plus à ce procès", pour protester contre la non-comparution de témoins dont des personnalités politiques et militaires.

Le président de la Cour, Boiqui Kouadjo, avait décidé de passer outre la présence de Mme Gbagbo et commis six avocats pour assurer sa défense.

Après une médiation menée par le bâtonnier de l’Ordre des avocats, ME Abbé Yao la défense a accepté de revenir à l’audience.

"Aujourd’hui, nous revenons grâce à la médiation du bâtonnier", a déclaré Me Rodrigue Dadjé.

Ce retour a été salué par le procureur général Ali Yéo pour qui les avocats de la défense ont fait preuve de "sagesse"

Quant à Mme Gbagbo, la défense "garantit" qu’elle sera présente, mardi.

L’audience, suspendue à 11h30 a été renvoyée à mardi pour permettre au président de la Cour de proposer un nouveau calendrier pour la suite du procès.

L’ex-Première dame de Côte d’Ivoire est jugée depuis le 31 mai pour "crimes de guerre" et "crimes contre l’humanité" commis pendant la crise postélectorale en Côte d’Ivoire, ayant causé la mort d’au moins 3.000 personnes.

Elle a fait l’objet d’une première condamnation de 20 ans de réclusion pour atteinte à la sûreté de l’Etat.

Son époux, Laurent Gbagbo, détenu depuis 2011 à la Cour pénale internationale (Haye), est jugé pour les mêmes faits.

LKO
Commentaires


Comment