Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

Entrepreneur, employé, c’est l’heure de son Bilan
Publié le jeudi 29 decembre 2016  |  Esprit
Joël
© Esprit
Joël Eric, Directeur de AFRISEARCH
Comment


Chers lecteurs,

Voici venu le mois de Décembre qui annonce déjà les festivités de fin d’année. Les Esprits et les portefeuilles sont donc résolument tournés vers les préparatifs des fêtes, les cadeaux, etc.
Et qui dit fin d’année dit forcément nouvel an dit période du renouveau, des nouveaux départs, des nouvelles résolutions, celle où on se remet en question, on prend de nouveaux engagements. C’est donc résolument une période de BILAN.
Certaines résolutions sont très difficiles, et on se les répète tous les ans, en espérant que cette fois-ci soit la bonne. D’autres résolutions sont, a priori, plus faciles car c’est nous qui sommes concernés de bout en bout. Faire son BILAN professionnel et voir comment améliorer son parcours pour 2017 sur la base de ce qui n’a pas été satisfaisant en 2016 semble beaucoup plus aisé que les affaires de Père Noël là. Plus sérieusement…
Comment faire son propre bilan…comment évaluer sa propre performance ?
Que l’on soit son propre Patron (Entrepreneur) ou Employé, la question se pose de la même façon, mais les réponses pourront diverger un tant soit peu, même si les outils sont assez proches. L’idée générale est de faire un point de la période écoulée (trimestre, semestre, année) et de tenter de la mettre en perspective pour la suite ?
Auto Bilan
Si l’on a suffisamment d’objectivité et de hauteur face aux faits, on peut tenter de s’auto évaluer.
L’entrepreneur essaiera de voir quel type de gestionnaire il a été sur la période, a-t-il atteint les objectifs qu’il s’était fixés, a-t-il permis à ses collaborateurs de « performer » et de progresser ? leur a-t-il donné les moyens pour atteindre les objectifs ? a-t-il mis en place tous les outils nécessaires à l’atteinte de ces objectifs ? a-t-il suffisamment exprimé sa reconnaissance à ses collaborateurs qui ont bien travaillé et ont donné satisfaction ?
En bref vous devez faire un point de votre activité, les plus et les moins, les points de satisfaction et ceux qui méritent une remise à plat, une réorientation, une prise de nouvelles décisions, etc. Vous devez vous interroger sur votre activité, son évolution, sa rentabilité, etc.
La démarche du salarié est différente, pas forcément plus simple, mais différente. Le salarié va plutôt chercher à savoir si son travail et le rendement qu’il a fourni donnent satisfaction à son employeur. S’il pense avoir atteint un taux de réalisation assez satisfaisant des objectifs qui lui avaient été assignés, ou qu’il s’était lui-même fixés.
Cet exercice peut être l’occasion de se poser la question de sa place dans l’entreprise, pour l’avenir. Vous comprendrez que cela peut donner lui parfois à une reconsidération de la poursuite de la collaboration.
Intervention de tiers
Le travail qui a été fait tout seul, peut être un préalable à l’intervention d’un ou plusieurs tiers, car même si l’on se considère comme très objectif, il est toujours bon d’avoir des avis extérieurs…
Pour l’entrepreneur il peut s’agir de paires entrepreneurs « successfull », plus expérimentés, ayant déjà démontré leurs compétences et leur capacité à « coacher » d’autres entrepreneurs. Cela peut s’avérer un exercice enrichissant si l’on joue le jeu et accepte la critique de façon très constructive.
Il peut s’agir également d’un partenaire, le banquier par exemple, qui connait bien le dossier, l’activité, et les chiffres clés de son client.
On peut également faire appel à ses collaborateurs directs, sui de l’intérieur, auront un avis très critique et pourront avec leur vision, permettre de corriger les failles du système mis en place.
L’employé, quant à lui, fera appel soit à ses collègues (internes à l’entreprise dans laquelle il travaille), soit à des personnes externes.
Les collègues peuvent aussi bien être du même niveau, en dessous de lui, ou ses supérieurs hiérarchiques. L’outil idéal pour un tel exercice est le support que toute entreprise digne de ce nom doit avoir, le processus d’évaluation. Cette évaluation, selon la taille de l’entreprise, peut se faire 1 à 2 fois dans l’année. Bien utilisé, cet outil peut s’avérer un excellent référentiel pour permettre de s’ajuster et de corriger les lacunes dans une perspective d’amélioration.
Ces discussions avec vos collègues, en plus de vous donner une idée de ce qu’il faut améliorer dans votre rôle dans l’entreprise, vous permettront de jauger votre valeur réelle dans le dispositif de votre société. Vous saurez comment vous êtes perçus par vos collègues, ce que vous leur apporter comme valeur ajoutée dans l’exécution de leur mission quotidienne. Etes-vous un bon contributeur ? Etes-vous indispensables ? facilement remplaçable ? inutile ? Etc.
Ces différentes interventions devraient déboucher sur l’identification de pistes pour préparer la mise en place de nouvelles résolutions.
Des pistes pour s’améliorer
L’objectif principal de cet exercice de remise en question, de bilan, est d’identifier des points de blocage dans son parcours professionnel et de trouver des pistes pour améliorer les choses.
Pour l’employeur il s’agit de mieux gérer son activité, accroitre sa productivité et sa profitabilité, sans oublier de continuer de mettre en place les outils de sa pérennité. Cela passe notamment par une meilleure prise en compte de la satisfaction de ses collaborateurs et pouvoir ainsi les motiver pour repartir d’un meilleur pied pour un nouveau tour.
La reconnaissance du travail bien fait, la récompense également de ce travail sont des éléments qui aident à rendre un bilan utile du point de vue du salarié. Il faut également d’une période à l’autre donner des perspectives de « mieux » au collaborateur pour qu’il continue de s’inscrire dans la dynamique dans l’entreprise et adhère aux projets de son employeur.
Ainsi l’employé qui a de si belles perspectives ne pourra démarrer la nouvelle année qu’avec une envie de gagne, un moral remonté à bloc et un état d’esprit de gagnant, de collaboration et d’interaction avec tout le dispositif de l’entreprise permettant d’atteindre les objectifs globaux. Car il aura compris que l’addition des objectifs individuels donne un objectif global dont tout le monde peut bénéficier en cas de réussite.

Joyeuses fêtes.
Commentaires

Sondage
Nous suivre

Nos réseaux sociaux


Comment
Petites Annonces avec Annonces.ci  



Comment