Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Le procès de Simone Gbagbo renvoyé au 21 février pour permettre aux avocats ‘’commis d’office de s’imprégner du dossier’’
Publié le mardi 10 janvier 2017  |  APA
Procès
© AFP par ISSOUF SANOGO
Procès de l`ancienne première dame de Côte d`Ivoire Simone Gbagbo
Mardi 31 mai 2016. Abidjan. Procès de l`ancienne première dame de Côte d`Ivoire Simone Gbagbo à la Cour de justice pour crimes contre l`humanité.
Comment


Abidjan (Côte d’Ivoire) - Le procès de l’ex-Première dame Simone Gbagbo qui a repris, mardi, a été, aussitôt, renvoyé au 21 février pour permettre aux avocats ’’commis d’office’’ pour sa défense de s’imprégner ’’davantage’’ du dossier.
Img : Le procès de Simone Gbagbo renvoyé au 21 février pour mettre aux avocats ‘’commis d’office de s’imprégner du dossier’’
Au bout d’une dizaine de minutes et suite à une requête formulée par Me Patrick Vieira, l’un des trois avocats commis d’office, demandant, ’’un autre report car nous n’avons pas toutes les pièces du dossier’’, la Cour a suspendu la procédure.

’’ Pour permettre aux avocats commis d’office de s’imprégner davantage du dossier et permettre, également, au parquet général de leur transmettre les pièces réclamées par courrier, la procédure est suspendue pour reprendre le 21février 2017", a déclaré le président de la Cour, Boiqui Kouadjo.

Conformément à la loi, a expliqué à la presse à la fin de l’audience, le Procureur général Aly Yéo, ’’le parquet général a transmis aux avocats les pièces dont les procès verbaux d’audition, les expertises...mais il est loisible de demander des pièces complémentaires, c’est ce qu’ils ont fait et nous allons les leur transmettre’’.

Selon M.Yéo, il s’agit entre autres ’’de lettres, d’autres rapports d’expertise et de pièces saisies lors d’une perquisition’’ au domicile de l’accusée.

Simone Gbagbo (68 ans), déjà condamnée à 20 ans de prison, en 2015, pour ’’atteinte à la sûreté de l’Etat", est poursuivie depuis fin mai 2016 pour ’’crimes contre l’humanité et crimes de guerre’’, lors de la crise postélectorale de décembre 2010 à avril 2011.

HS/ls/APA
Commentaires


Comment