Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Art et Culture

Côte d’Ivoire : la cité balnéaire de Jacqueville de plus en plus fréquentée
Publié le vendredi 13 janvier 2017  |  Jeune Afrique
Un
© Jeune Afrique par Nabil Zorkot
Un bac assure la liaison entre Abidjan et Jacqueville
Comment


Avec la construction du pont Philippe-Grégoire-Yacé, la cité balnéaire, jusqu’alors enclavée entre la lagune et l’Atlantique, est en plein développement. Pour le plus grand plaisir des Abidjanais.

Enclavée, Jacqueville n’a longtemps été accessible que par un vieux bac qui traversait quotidiennement la lagune Ébrié depuis Songon pour rejoindre N’Djem, le premier village de la commune. Avec l’inauguration, il y a un peu plus d’un an, du pont Philippe-Grégoire-Yacé – du nom d’un célèbre homme politique, compagnon de l’ex-président Félix Houphouët-Boigny –, la ville est en plein développement.

L’histoire de cette cité balnéaire est un peu particulière. Ville presqu’île coincée entre les eaux de la lagune au nord et celles de l’Atlantique au sud, elle a connu plusieurs influences, d’abord ­néerlandaise, puis portugaise, britannique et, enfin, française. Ancien comptoir sous la colonisation française, elle doit son nom à un commerçant anglais, Big Jack, qui s’y était installé pour faire du troc avec les populations autochtones (notamment de vêtements et de liqueurs, contre de l’huile de palme). L’emplacement initial de Grand Jack, son nom à sa création, existe encore, à 5 km de la ville actuelle. Avec les plateformes des compagnies pétrolières et gazières, toutes situées au large de ses côtes, la ville est aussi connue pour être le cœur de la production d’hydrocarbures du pays.
... suite de l'article sur Jeune Afrique

Commentaires

Sondage
Nous suivre

Nos réseaux sociaux


Comment
Petites Annonces avec Annonces.ci  



Comment