Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Des recommandations pour booster la délimitation des terroirs villageois et de délivrance de certificats fonciers
Publié le samedi 28 janvier 2017  |  AIP
Comment


Bouaké - Après analyse des résultats partiels obtenus dans chacune des zones d’exécution et l’examen des difficultés rencontrées sur le terrain, les acteurs impliqués dans le projet de délimitation des terroirs de villages et de délivrance de certificats fonciers ont faits diverses recommandations pour booster le projet à Bouaké, au terme des deux jours consacrés au premier atelier bilan à mi-parcours.

Les bilans des activités présentés, mercredi, par les directeurs régionaux et départementaux de l’agriculture révèlent qu’aucun terroir villageois n’a été encore délimité et aucun certificat foncier n’a été délivré, depuis le démarrage des activités en mars 2016. Le niveau d’évolution du projet varie d’une localité à l’autre.

Pour booster le projet, l’atelier encourage les acteurs à partager les expériences et méthodes de résolution des litiges fonciers, à impliquer les cadres, les autorités coutumières et politiques dans la mise en œuvre du projet et à accélérer la procédure de rechargement des cartes de carburant.

Il a été recommandé, entre autres, d’améliorer la collaboration des différents acteurs pour une meilleure coordination des activités sur le terrain, de réajuster la programmation du projet et assouplir les conditions de sélection des villages pour la délimitation des territoires et pour la délivrance des Certificats Fonciers.

Plusieurs difficultés ont été rencontrées dans les localités d’exécution du projet telles que les départements de Ferkessédougou, Daoukro, Tiassalé, Sikensi, Bouandiali, Ferkessédougou et Katiola. Il s’agit notamment de l’existence de nombreux conflits fonciers latents, des problèmes de chefferie, des peines éprouvées par les populations à s’accorder sur les limites entre deux villages, le non-respect des rendez-vous fixés pour l’ouverture des tronçons de limite des villages dû au fait que certaines populations accordent le privilège à leurs travaux champêtres et peu d’intérêt au projet et l’irrégularité de l’approvisionnement des équipes en carburant.

nbf/kam
Commentaires


Comment