Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Editorial
Article
Editorial

Monnaie / Malgré les assurances de la BCEAO: Dr Yacouba Fassassi insiste sur la nécessaire rupture d’avec le franc CFA
Publié le dimanche 12 fevrier 2017  |  Eburnews.net
Dr
© Autre presse par DR
Dr Yacouba Fassassi
Comment


En ce début de XXIème siècle, la Chine est devenue la première économie d’un monde en pleine mutation. Avec l’accession de Donald Trump au pouvoir aux Etats-Unis d’Amérique, l’Union européenne estime impérieux de se remettre en cause.
L’Iran et la Corée du Nord, pour ne citer que ces deux pays, défraient quotidiennement la chronique par leur volonté d’échapper à l’emprise des « grands ». Partout, les grands ensembles se font et se défont sur la planète. Face à tout ceci, que fait l’Afrique pour sortir du sous-développement? Rien, ou presque. En effet, devant l’immobilisme reproché aux politiques, les libres penseurs se mobilisent pour éviter la pérennisation de la misère. Le Béninois Dr Yacouba Fassassi, ancien fonctionnaire au Fonds monétaire international (FMI) à Washington, est de ceux qui prônent une action concertée pour recouvrer notre souveraineté éméchée. Le titre de son dernier ouvrage est assez clair sur la question: « La grande rupture »…
Sur la question de la souveraineté monétaire, deux camps s’affrontent. Le groupe des argentiers, conservateurs, et celui des réformateurs, convaincus que le salut de l’Afrique ne peut venir que de la rupture d’avec la « monnaie coloniale ». Dr Yacouba Fassassi appartient au second groupe. Dans son dernier ouvrage intitulé « la grande rupture », l’ancien économiste principal au siège du FMI rappelle que le président togolais, Gnassingbé Eyadéma avait déjà posé le pied dans le plat en 1972, en demandant à son homologue français, Georges Pompidou de reconsidérer la parité du franc CFA par rapport au franc français. Arguments avancés : bien que garantie par la Banque de France, cette monnaie n’a aucune personnalité et n’est acceptée nulle part. La réponse de Pompidou n’avait pas été favorable. Toutefois, les chefs successifs de l’exécutif français n’ont jamais eu une attitude figée sur la question. En effet, si Jacques Chirac a donné l’impression d’être favorable à ce que son pays remette « aux africains leur argent pour éviter des convulsions terribles aux conséquences incalculables », Nicolas Sarkozy, lui, estimera que l’Afrique est rentrée dans l’histoire « en retard ». Une chose est sûre, vingt ans après les indépendances le siège de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) était à Paris, et Abdoulaye Fadiga en a été le premier gouverneur Noir…

Pour les argentiers, il n’y a pratiquement pas de quoi fouetter un chat. C’est ainsi que, intervenant récemment sur la question – toujours d’actualité, comme on le voit, le gouverneur de la BCEAO, Tiémoko Meyliet Koné préfère mettre en avant la stabilité et la solidarité qui ont permis aux pays africains membres de cette zone économique et monétaire, de résister aux crises qui ont fait d’énormes dégâts ailleurs dans le monde (Afrique Méditerranée Business n° 16, novembre-décembre 209 – janvier 2017). « J’entends dire que rien n’a changé depuis 1962 alors qu’il y a eu dans l’UEMOA, plusieurs réformes importantes entre 1975 et 2008 : les mécanismes et instruments de la politique monétaire ainsi que la gestion du franc CFA ont évolué pour s’adapter aux besoins des Etats. Ces réformes incluent les dispositions de la convention signée avec la France sur le taux de centralisation au compte d’opérations qui est passé de 65% des réserves à 50% depuis 2005. (…) Les réserves déposées par les Etats auprès du Trésor français, qui font l’objet de critique, constituent des avoirs rémunérés en contrepartie d’une garantie assurée par la France, celle de la convertibilité illimitée du CFA. Exactement comme si un banquier exigeait un gage avant de se porter garant d’une opération. Il n’y a là aucun rapport de soumission. Il faut considérer la France comme un partenaire et pas autre chose (…) Toujours dans le cadre de cette convention, des discussions sont en cours avec le Trésor français sur l’impact de l’inclusion de la monnaie chinoise dans le panier de devises du DTS. C’est une décision importante dont les répercussions doivent être analysées dans la gestion de nos réserves de change ». Questions : pourquoi justement continuer à déposer 50% de nos réserves à Paris alors que nous pouvons garder la totalité chez nous ? Par ailleurs, pourquoi une importante décision qui porte sur la gestion de nos propres réserves ne pourrait-elle pas être prise sans l’aide de la France ?

Pour toutes ces raisons, le député Burkinabè Ousséni Tamboura, auteur d’une thèse sur le financement du secteur privé dans l’espace UEMOA (mai 2016), estime que le CFA n’a plus besoin de la France. Pour le chercheur, « des éléments de l’histoire du droit économique et bancaire des pays de l’UEMOA sont les principaux obstacles au financement des investissements et des entreprises. Et tant que ce cordon colonial ne sera pas coupé, il sera difficile pour nos pays francophones de financer les entreprises locales ». Il va plus loin en dénonnçant le fait que la zone franc n’en soit pas une puisque le CFA UEMOA et le CFA CEMAC ne sont pas convertibles. Tamboura pense enfin que la cogestion de la monnaie africaine avec la France se justifie très peu politiquement, économiquement et financièrement si ce n’est pour alimenter « des économies rentières ».
La formule proposée par les économistes consiste pour les Etats africains à former des blocs entre eux et à coopérer avec les autres pays et communautés financières internationales, et non à encourager la création d’une floraison de monnaies par pays. Avant la colonisation française, l’Afrique n’avait-elle pas ses propres monnaies, à savoir notamment les cauris et l’or ?
Ce n’est donc pas une fatalité si le capital des banques de l’UEMOA est majoritairement « étranger », exception faite de quelques groupes tels que Ecobank et Coris Bank. Encore moins une catastrophe irréversible si les taux de bancarisation de l’Afrique de l’Ouest sont les plus faibles au monde (10% contre 40% et 98% pour le Maghreb et les pays développés). Pour peu que la volonté politique existe, le tir peut être corrigé. L’Union africaine se penche sur la question. Le gouverneur Koné rassure même: « Les travaux sont en cours pour parvenir aux convergences souhaitables et préparer le cadre institutionnel ainsi que les critères de surveillance appropriés ».
Les récents mouvements d’humeur en Côte d’Ivoire démontrent que le peuple supporte de moins en moins de vivre dans la misère. Pourtant, ce pays africain détient actuellement le taux de croissance économique le plus élevé au monde. Le peuple a conscience que c’est sur lui que repose la souveraineté de nos pays. Ici, il a été récemment interrogé sur la nouvelle Constitution. Quand le sera-t-il sur la monnaie ?
L’ouvrage de 764 pages de Yacouba Fassassi est sous-titré « Essai sur la conquête de la souveraineté monétaire, économique et politique pour le développement des pays africains de l’espace CEDEAO. Il est disponible sur le réseau de la Librairie de France.

Koné Seydou
Commentaires

Dans le sous-dossier