Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

La BAD et la Côte d’Ivoire signent cinq accords de financement de projets transversaux
Publié le mercredi 15 fevrier 2017  |  AIP
Signature
© Ministères par DR
Signature de convention CI-BAD pour le financement de 2PAI Région du Bélier
L’Etat de Côte d’Ivoire et la Banque Africaine de Développement (BAD) ont signé le mardi 14 février 2017 à Abidjan une convention portant sur le financement du Projet de Pôle Agro-Industriel (2PAI) de la Région du Bélier d’un coût estimatif de 80,03 milliards de F CFA.
Comment


Abidjan – La Côte d’Ivoire et la Banque africaine de développement (BAD) ont signé mardi, des accords de financement de cinq projets intégrés qui seront exécutés dans la région du Bélier et du district autonome de Yamoussoukro ainsi que dans l’Indénié-Djuablin.

Ces accords ont été paraphés à la Primature par le ministre de l’Economie et des Finances Adama Koné (représentant l’Etat ivoirien) et le directeur général pour la Région Ouest de la BAD, Janvier Litse, sous le regard notamment du premier ministre Amadou Gon Coulibaly.

D’un montant cumulé de plus de 80 milliards FCFA, ces projets transversaux constituent le socle de la 2ème génération du Programme national d’investissement agricole (PNIA 2016-2020), porté à bout de bras par le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Mamadou Sangafowa Coulibaly.

Ces accords concernent une avance de fonds pour la préparation du projet d’emplois de jeunes dans l’agriculture; un projet de développement de la chaîne de valeurs dans la région de l’Indénié-Djuablin; et le projet de pôle agro-industriel de la région du Bélier et du district autonome de Yamoussoukro, subdivisé en trois sous accords (don FAD, prêt FAD, Prêt BAD).

Les deux signataires, Janvier Litse et Adama Koné, se sont réjouis de la signature des cinq importants projets transformateurs visant à moderniser l’agriculture ivoirienne et à doter les zones bénéficiaires d’infrastructures clés, tout en privilégiant l’approche intégrée et sectorielle.

Quant au premier ministre, il a affirmé l’engagement du gouvernement à assurer toutes les diligences pour la mise en œuvre de ces projets porteurs de croissance et qui mettent l’accent sur la sécurité alimentaire et la production d’une richesse partagée.

cmas
Commentaires


Comment