Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Région
Article
Région

Remous sociaux- Mutinerie des militaires: Le préfet de région félicite la police
Publié le jeudi 30 mars 2017  |  L’intelligent d’Abidjan
Comment


À l'occasion de sa tournée de prise de contact dans les différentes casernes et commissariats de police qui a eu lieu du 23 au 25 mars 2017, Le préfet de Région du Haut Sassandra, préfet du département de Daloa, Bako Digbé Anatole Privat, a félicité la police nationale pour la discipline observée lors des remous sociaux et des différentes mutineries. « Après les situations difficiles que nous avons vécues , il était bon que je vienne parler aux hommes que nous avons sur le terrain, notamment l’armée et la police, qui sont chargés d’assurer la sécurité des personnes et des biens, aussi connaître l’emplacement des différents services et s’enquérir des conditions de travail de nos forces » , expliquant les raisons de sa tournée.
Selon le préfet de région, il est important que la population se sente en sécurité par la présence des forces de l’ordre et de sécurité, il n’est pas normal que la population soit menacée par le comportement de nos militaires».
Passant de la préfecture de police, au district de police pour enfin terminer dans trois commissariats de police, après constat, le préfet de région a félicité l’ensemble des policiers pour le travail abattu malgré les conditions de travail assez difficiles. Rappelant que beaucoup ont été déjà faits par le gouvernement pour l’amélioration des conditions de travail des forces de l’ordre et de sécurité, quelques problèmes majeurs ont été relevés par le préfet de région, notamment, le problème d’effectifs, le personnel qui est en surnombre, l’insuffisance de matériels roulant et de moyens logistiques. Ainsi que l’inondation de bâtiment de police à la saison des pluies, le cas du premier arrondissement de police
Rappelant que la ville de Daloa s’est développée au fil des années, il a fait savoir que les moyens qui ont été dégagés à l’époque ne suffisent plus pour faire face aux problèmes de sécurité. « D’où la nécessité de remonter les préoccupations de nos policiers car il est important de mettre à la disposition de nos hommes qui sont chargés d’assurer la sécurité des personnes et des biens, les moyens appropriés », a-t-il conseillé .

BP , Correspondant
Commentaires


Comment