Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

Afrique: "plus bas niveau" de la croissance depuis 6 ans (vice-président ivoirien)
Publié le mercredi 5 avril 2017  |  AFP
Cérémonie
© Abidjan.net par Serge T
Cérémonie d`ouverture de la 14è conférence annuelle de l`Association Africaine du capital investissement
Mardi 04 Avril 2017. Abidjan. Le Vice-Président Daniel Kablan Duncan a présidé la cérémonie d`ouverture des travaux de la 14è conférence annuelle de l`Association Africaine du capital investissement.
Comment


Abidjan - La croissance en Afrique subsaharienne a atteint 1,6% en 2016, "son plus bas niveau depuis six ans", s’est alarmé mardi à Abidjan, le vice-président ivoirien, Daniel Kablan Duncan, déplorant "un essoufflement des économies du continent.

"Frappée de plein fouet par la chute du prix des matières premières et la baisse de 40% de la demande chinoise, les économies africaines s’essoufflent", a déclaré M. Duncan à l’ouverture d’une rencontre internationale sur la "construction d’un avenir soutenable en Afrique".

"La croissance économique a atteint son plus bas niveau depuis six ans en Afrique subsaharienne. Celle-ci est passée d’environ 5% en 2011 à 3% en 2015, puis à 1,6% en 2016".

L’ex-Premier ministre ivoirien s’est exprimé en marge de la 14e conférence annuelle de l’Association des fonds d’investissement et sociétés de capital risque (AVCA) opérant sur le continent africain organisée à Abidjan.

Selon lui, pour "la première fois depuis une dizaine d’années, l’Afrique est confrontée à une combinaison de défis conjoncturels majeurs qui impactent négativement sa croissance économique". Il a cité "la chute des prix de nombreuses matières premières, le ralentissement de la croissance économique chinoise, la baisse des investissements directs étrangers (IDE) et les effets du changement climatique".

Les participants à la rencontre ont de leur côté relevé "le rôle éminent" des fonds d’investissements pour permettre au "secteur privé africain de prendre toute sa place dans les investissements productifs" du continent.

La rencontre qui a regroupé des institutions financières internationales, comme la Banque européenne d’investissements (BEI), la BAD (Banque africaine de développement) et la BOAD (Banque ouest-africaine de ddéveloppement) doit s’achever mercredi.

ck/jh
Commentaires


Comment