Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

Editorial/ Adama Koné : l’argentier de l’État
Publié le lundi 10 avril 2017  |  Twins
Pétrole
© Abidjan.net par Marc-Innocent
Pétrole et énergie: le gouvernement de Côte d`Ivoire et le groupe ENI s`unissent pour le développement du bassin sédimentaire ivoirien
Abidjan le 22 Mars 2017. Les Ministres Adama Koné (photo), Abdourahmane Cissé et Thierry Tanoh représentant le gouvernement et le Vice-Président Exécutif Carrara Umberto représentant le Groupe ENI pour l`Afrique Subsaharienne ont signé un accord portant sur le Développement du bassin sédimentaire à travers l`exploitation et la production pétrolière.
Comment


Décollage : 20 novembre 1954, Bouaflé.
Atterrissage : 11 janvier 2017, Ministère de l’Economie et des Finances….
Escale 1 : Décembre 2010, Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique.
Escale 2 : 12 janvier 2016, Ministère auprès du Premier Ministre chargé de l’Economie et des Finances.

Voici ce qui pourrait constituer les grandes lignes du plan de vol de ADAMA KONE, l’argentier de l’État de Côte d’Ivoire! En attendant d’autres destinations.
Pour l’heure, le Président du Conseil National de la Comptabilité (CNC) a posé ses valises au 19e étage de l’immeuble Sciam où il a pris ses quartiers…..
De fait, de l’immeuble Sogephia où se trouve la direction générale du Trésor Public à l’immeuble Sciam, il n’y a que quelques encablures…..que l’ancien Directeur de la Comptabilité Parapublique (1992 à 1994) a vite dévalées ……
Car, après le satisfecit à lui décerné par les gouvernants, le voilà gardien de la tirelire de notre pays. Objectifs : Assurer une gestion efficiente des finances publiques ainsi que la mise en œuvre efficace et cohérente de la politique économique du Gouvernement.

C’est que l’homme a le profil poste. Il a du métier. Après près de trente 30 ans à sillonner les labyrinthes du monde de l’économie et des finances…..

Il sait donc déjà que la météo de notre économie n’est pas toujours favorable…malgré quelques embellies.
L’ancien Inspecteur Vérificateur Principal au Trésor Public (2000 à 2001) est conscient de ce que notre économie souffre d’une insuffisance de compétitivité (110e sur 134 pays dans le classement wef 2014)…
Il n’ignore pas que cette économie n’arrive pas toujours à développer des avantages comparatifs en dehors des produits primaires ; que cette incapacité à créer de la valeur et à transformer ses ressources naturelles est due à la mauvaise qualité des infrastructures, à la déficience de sa logistique, à la cherté du foncier et de l’énergie, sans oublier les coûts de transactions dus aux défaillances de l’Administration et à l’inadéquation de certains règlements, reformes et lois.

Enfin, le Président de Commission Nationale pour la Microfinance (CNM) qu’il est, n’oublie pas la faiblesse de l’épargne nationale (autour de 7%) ainsi que les dysfonctionnements des secteurs bancaires et financiers et leur incapacité à mobiliser et à canaliser une épargne déjà rare, ce qui handicape la création d’entreprise et la mise en œuvre des projets dans plusieurs secteurs d’activités. D’une part.

D’autre part, il sait que le problème de la commande publique reste pendant et a besoin d’être solutionné pour permettre à nos entreprises et à nos banques de parler le même langage: celui de la confiance et des garanties dans les opérations financières.
Pour autant, le tout nouveau Président du Comité technique de Concertation (CTC) ne se laisse pas déborder. Alors là! Pas du tout.
Habitué qu’il est aux tableaux de bord et aux indicateurs de performance.
Il a donc pris acte de ce qu’il doit réduire le déficit pédagogique de l’action gouvernementale au niveau économique et financier en donnant plus de visibilité aux actions de l’Etat, et en prenant le lead de la Concertation Etat Secteur Privé.

Pour celui qui préside aux destinées de l’Association Internationale des Services du Trésor (AIST) depuis 2012, il s’agira de : (1) renforcer la qualité des institutions et de la gouvernance, (2) accélérer la transformation structurelle de l’économie par l’industrialisation, et (3) renforcer l’intégration régionale et la coopération internationale.

Il s’agira surtout de renforcer la communication autour : (1) du portail web d’informations économiques et financières officielles de la Côte d’Ivoire qui permettra de mettre à la disposition de l’ensemble des partenaires (institutions, investisseurs, société civile, public, …) les informations essentielles sur l’activité économique ; (2) de l’observatoire national sur la compétitivité dont la création vise à garantir une juste et saine compétition entre les opérateurs économiques et à faire des recommandations à l’Etat sur la préservation d’un cadre propice à l’activité économique ; (3) de l’observatoire national sur la qualité des services financiers dont la création vise à garantir la conformité des prestations avec les engagements contenus dans les cahiers de charges souscrits par les établissements financiers et à faire des recommandations à l’Etat sur le secteur ; (4) de l’agence de promotion de la microfinance dont la création vise à vulgariser le concept de la microfinance et à accompagner l’amélioration de la gouvernance du secteur à travers des campagnes de sensibilisation, de formation et d’information à l’endroit des structures habilitées ; (5) de la négociation d’un nouveau programme avec le FMI dans le cadre du financement du PND 2016-2020 ; (6) de la caisse de dépôt et consignation dont la création vise à doter la Côte d’Ivoire d’un outil pour favoriser les financements longs et à risques mais, d’intérêts généraux ou porteurs d’avenir, en appui aux politiques publiques ou dans la structuration de marchés immatures, dans des secteurs non systématiquement couverts par le système financier classique (logements et infrastructures sociaux, développement territorial, innovation, ...) ; (7) de la diversification des sources et instruments de financement qui vise à moduler un niveau d’endettement conforme à la stratégie de développement à moyen et long termes.

La réalisation de ces projets devrait permettre de contribuer à la pérennisation d’une économie forte, capable de relever le défi d’une Côte d’Ivoire émergente, à l’horizon 2020.
C’est donc en ordre de bataille que le Ministre de l’Economie et des Finances a mis ses anciens et nouveaux collaborateurs afin de permettre à la Côte d’Ivoire d’avoir un tissu économiquement et financièrement concurrentiel.

Tous donc dans les starting-blocks pour accompagner le Ministre ADAMA KONE, l’argentier de l’Etat, avec le douzième numéro de TWINS magazine, comme document de route….
Mais ne vous faites pas d’illusions…Ce ne sera certainement pas pour un « travaillement »….
Mais plutôt, pour une économie performante !

Destination, cette fois, émergence 2020.

Bonne lecture et à très bientôt !

Par Charles ZOKO SEBE
Commentaires


Comment