Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

International

Plus d’un milliard de personnes dans le monde souffrent de maladies tropicales négligées (OMS)
Publié le jeudi 20 avril 2017  |  AIP
Comment


Abidjan- Le dernier rapport de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) publié mercredi, fait état de progrès "sans précédent" dans la lutte contre les maladies tropicales négligées (MTN) dont souffrent plus d’un milliard de personnes vivant principalement en Afrique et en Asie.

Cette information a été donnée pendant le sommet des maladies tropicales négligées (MTN) qui se tient à Genève du 19 au 22 avril. Ces maladies sont notamment la maladie du sommeil, l'éléphantiasis, l'onchocercose ou schistosomiase, le du ver de Guinée ou de Chagas, la rage ou encore trachome, etc.

Parmi les fléaux qui ont reculé le plus ces dernières années, la trypanosomiase africaine ou la maladie du sommeil, qui peuvent provoquer le décès du patient si elle n’est pas dépistée et traitée rapidement. Recul aussi de l’élephantiasis, en 15 ans, sur 37 000 nouveaux cas enregistrés, seuls 3 000 l’ont été l’année dernière.

Plus d’un demi-million de personnes ont pu également être traitées contre la filariose lymphatique qui provoque un gonflement anormal des membres et des organes génitaux. Les malades de la cécité des rivières (l'onchocercose), qui touche 2/3 d’individus, soit près de 115 millions, ont pu être soignés. Cette pathologie provoque des lésions oculaires qui aboutissent progressivement à une cécité définitive.

La maladie du ver de Guinée (dracunculose), qui touchait encore plus de 3 millions de personnes dans une vingtaine de pays il y a 30 ans, est sur le point d’être éradiquée; la seconde maladie humaine de l’histoire après la variole, avec seulement 25 cas dans trois pays.

Les MTN, au nombre de 19, sont des maladies rares qui mutilent des centaines de millions de personnes dans les régions les plus pauvres de la planète, là où l’eau est insalubre, selon l'OMS.

tls/fmo
Commentaires


Comment