Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Côte d’Ivoire : Les ex-rebelles démobilisés exigent "les mêmes montants que ceux payés aux mutins"
Publié le vendredi 19 mai 2017  |  Alerte Info
Reprise
© AFP par DR
Reprise des mutinerie en Côte d’Ivoire
Lundi 15 Mai 2017 . Abidjan . Reprise des mutinerie en Côte d’Ivoire
Comment


YAMOUSSOUKRO - Amadou Ouattara, porte-parole des ex-rebelles démobilisés a exigé jeudi que le gouvernement ivoirien leur "verse les mêmes montants que ceux payés" aux soldats qui se sont mutinés pour la seconde fois vendredi, soit 12 millions FCFA, après une visite du chef d’état-major des armées à Bouaké (centre).

"Nous voulons que le gouvernement nous verse les mêmes montants que ceux payés aux mutins", a déclaré M. Ouattara, joint par ALERTE INFO, pour qui "il y a eu du tort au sein des démobilisés".

"Nous sommes tous issus des 8.400 soldats qui ont lutté pour le pouvoir, mais aujourd’hui, nous qui n’avons pas eu la chance d’être insérés dans l’armée, nous sommes à la rue", a-t-il dénoncé, ajoutant : "il a eu un manquement de la part gouvernement".

Jeudi, le chef d’état-major des armées, le général Sékou Touré a demandé "pardon" aux ex-rebelles démobilisés pour l’un d’entre eux décédé à l’hôpital dimanche, après que des mutins aient tiré sur lui.

"Nous avons pris acte du +Yako+ (message de compassion) du président ivoirien Alassane Ouattara que le général est venu nous dire, mais ce n’est pas le moment de demander pardon", a indiqué Amadou Ouattara, estimant qu’"il faut plutôt enterrer le camarade tombé sous les balles des mutins".

Interrogé sur la qualité de la cohabitation entre les mutins et les ex-rebelles démobilisés, après ce décès survenu lors de la mutinerie, Amadou Ouattara a fait savoir qu’ils restent "des frères d’armes, issus de la même cellule 39. C’est le gouvernement qui n’a pas su gérer cette situation qui doit tirer toutes les conséquences", a-t-il conclu.

Vendredi, un nouveau mouvement d’humeur des soldats qui réclamaient le reliquat d’une prime dont ils ont perçu le premier versement en janvier a été lancé dans plusieurs localités de la Côte d’Ivoire, à partir de Bouaké.

Cette mutinerie qui est intervenu au lendemain d’une cérémonie d’"excuses" d’un groupe présenté comme issu des 8.400 soldats au président Alassane Ouattara a fait "quatre morts et neuf blessés", selon le gouvernement.

ATI
Commentaires


Comment