Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité OK
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

L’islam et la polygamie, comment gérer spirituellement et matériellement ?
Publié le vendredi 16 juin 2017  |  Esprit
Comment


Au cours d’une causerie, il disait : « Ça doit être intéressant, cette chose ; le pied droit sur ‘‘ une ’’ de teint clair, le pied gauche sur ‘‘ une ’’ autre de teint noir, la main droite sur ‘‘ une ’’ de forme généreuse, la main gauche sur ‘‘ une ’’ dernière de forme svelte, et toi, au milieu, comme un bon roi. »

Lecture burlesque et caricaturale, la polygamie est ainsi baptisée par lui comme « une chose intéressante ». Au-delà des contrastes paradoxaux nés de la croisée des chemins du machisme, des stéréotypes culturels et du règne de l’instinct génésique chez certains hommes qui en font une « simple chose intéressante », le chemin qui mène à la polygamie est loin d’être aussi simpliste.

Nous sommes ici en Islam. Et à chaque mot, son quintal. À chaque message, ses circonstances et son contexte de révélation. À chaque enseignement, sa philosophie et sa sagesse enfouie.

Si ailleurs, le choix et la gestion de la polygamie restent attachés au cordon ombilical des volontés éparses, en Islam, il répond à des restrictions imposées par la révélation divine. Tout n’est pas que physique et matériel, le spirituel étant le plus important. Car, à ALLAH, nous appartenons ; et à Lui, nous retournerons.

I- LA RÉGULATION DE LA POLYGAMIE
Que l’on se le dise pour acquis, la révélation islamique n’est pas la mère de l’institution de la polygamie, mais elle s’est voulue régulatrice d’une pratique courante qui était partagée par tous les peuples et toutes les civilisations. Au cœur de la péninsule Arabique, la femme n’avait de valeur que chosifiée et instrumentalisée. Les hommes pouvaient en prendre à volonté sans restriction de nombre et sans conditions quelconques.

On trouve aussi des traces de la polygamie dans des textes antérieurs au Saint Coran, comme l’Ancien Testament qui évoque les cas de plusieurs sommités du cycle prophétique. D’Abraham en passant par Jacob, David et Salomon, (que le Seigneur les agrée !), on réalise que la polygamie n’était pas une chose prohibée et interdite. Comment cela aurait pu être possible alors que DIEU avait promis à David d’augmenter le nombre de ses épouses si cela l’enchantait (2 Samuel 12, 8), là où il a été reconnu à Salomon d’avoir eu plus de 700 femmes (1 Roi 11, 3) ? La Genèse ne révèle-t-elle pas que « Lémec prit deux femmes » ? (as) (Genèse 4, 19).

La révélation islamique viendra ainsi non pour instituer, mais pour réguler et réglementer la gestion de la polygamie, en la soumettant à des exigences fermes.

II- LA PORTÉE AFFECTIVE ET SPIRITUELLE
Le mariage en Islam, en plus d’être un contrat social, est avant tout une adoration. La sacralité des liens du mariage exige des deux partenaires une compassion plus affermie, un respect mutuel, une présence chaleureuse. Le traitement de l’un réservé à l’autre doit être révélateur d’une forte présence de foi et de crainte divine. « Craignez ALLAH, qui vous a créés d’un même être » (S1, V1). « Et parmi Ses signes, Il a créé de vous, pour vous, des épouses pour que vous viviez en tranquillité avec elles et Il a mis entre vous de l’affection et de la bonté. Il y a en cela, des preuves pour des gens qui réfléchissent. » (S30, V21).

Et s’il n’existe pas de textes explicites interdisant la polygamie, le Seigneur dans Sa Sagesse Immense Sait certainement ce que nous ignorons, comme Il le dit avec éloquence : « En vérité, Je sais ce que vous ne savez pas ! » (S2, V30).

Là où ailleurs, les statistiques indiquent que le nombre de femmes est supérieur à celui des hommes, et que dans les générations à venir, même si tous les hommes mariaient plus d’une femme, il en resterait encore, que propose-t-on à ce « reste de femmes » ? La prostitution ou une vie déshonorante de « femmes maîtresses » ? C’est un paradoxe tout de même cuisant de voir certains se confondre en chantres de la monogamie, tout en ayant plus de « maîtresses » que de chemises qu’ils portent, vivant ainsi dans le mensonge, la duplicité, l’injustice, le péché et tous les risques de maladies que cela comporte.

Même si la polygamie peut apparaître dans bien des circonstances comme un palliatif, elle n’est permise qu’à celui qui peut, et non à celui qui veut. Pouvoir, c’est veiller à être juste envers ses épouses, s’engager à leur réserver la même affection, le même respect, le même traitement, le même soutien moral, le même élan de compassion ; c’est s’engager à parachever leur éducation au même titre, à assurer leur épanouissement social.
Le Coran indique toutefois que, sur le seul plan affectif, l’homme ne peut, certes, les aimer au même titre, mais, jamais, cela ne doit se faire ressentir ni dans ses propos, ni dans son comportement, à la même enseigne qu’un homme à l’endroit de ses enfants. Il est presque impossible d’aimer ses enfants au même titre, mais les parents ont le devoir de ne pas le laisser transparaître.

L’objectif premier de la polygamie ne doit pas être celui visant la satisfaction de la chair ou un choix de vengeance, mais celui d’offrir à des femmes, qui le désirent, de vivre dans un cadre de protection et d’expression de l’amour. Le Seigneur est juste dans Ses Lois.

En Islam, la femme peut demander le divorce si l’homme se trouve dans une incapacité à faire face à ses désirs physiques, du fait d’une maladie quelconque. Il a ainsi un an pour se faire soigner ou pour la libérer si elle le désire. Nul grief par contre si elle reste, car le divorce demeure la seule chose permise comme ultime recours, mais non conseillé en Islam et désapprouvé par DIEU.

Que serait aussi la part de justice d’un homme, du reste, sexuellement très actif qui se retrouve dans une situation où, pour cause de maladie chronique ou incurable, son épouse ne soit plus à même d’avoir des moments intimes avec lui ? Que doit-il faire ? Courir les jupons ou la répudier si toutes les tentatives de la soigner n’ont pas abouti, ou encore analyser la possibilité d’épouser légitimement une de plus pour se stabiliser si les moyens le lui permettent ?

III- LES CONTRAINTES MATERIÉLLES ET FINANCIÈRES
Les prescriptions du Saint Coran sont sans ambiguïté. Si vous craignez d’être injuste dans le traitement réservé aux femmes, de ne pas avoir les moyens financiers nécessaires pour répondre à leurs besoins élémentaires, de ne pas avoir la possibilité d’assurer à leurs enfants une éducation saine et conséquente, alors la polygamie ne vous est pas permise. « […] Il est permis d’épouser deux, trois ou quatre, parmi les femmes qui vous plaisent, mais, si vous craignez de n’être pas justes avec celles-ci, alors une seule […] » (S4, V3).

Le Messager d’ALLAH (saw) met d’ailleurs les musulmans en garde contre leur déviance dans le traitement disproportionné réservé à la femme. N’a-t-il pas dit que le jour de la résurrection, les polygames injustes viendront comme des porcs, marchant inclinés à cause des traitements injustes réservés à leurs épouses dans le cadre de la polygamie ?

La polygamie doit toujours répondre à un besoin qui dépasse l’exigence de la chair. Le Prophète Mouhammad saw n’a épousé d’autres femmes qu’après la mort de sa première épouse, à un moment où il faisait face à plusieurs défis et adversités. Ces mariages ont été ainsi motivés par l’exhortation divine pour des raisons diverses. Et chacun de ces mariages a été un coup d’accélérateur majeur dans l’avancée de sa prophétie et la réconciliation des différentes tribus et communautés, ou dans la déconstruction de certains clichés à l’encontre de la femme.

Certains mariages ont été d’ailleurs scellés avec des femmes qui n’avaient pas d’intimité avec le Prophète Mouhammad saw, mais juste pour bénéficier de sa protection et pour inciter ses contemporains à ne pas mépriser la femme veuve comme cela résultait de la pratique. Il faut apprécier ces faits dans leur contexte culturel où la polygamie n’était pas considérée comme une antivaleur.

Et tous les mariages du Messager d’ALLAH (saw) ont été contractés avant la révélation du verset limitant la polygamie à quatre épouses. Après ce verset, le SEIGNEUR lui indiquait qu’il ne pouvait plus contracter un autre mariage en donnant d’ailleurs la possibilité à ses épouses de demander le divorce ou de préserver ses liens sacrés du mariage. En dehors de cette dérogation, toutes les personnes qui se convertissaient à l’Islam et qui avaient plus de quatre épouses devaient en limiter le nombre.

Dans le cadre de la polygamie, les femmes ont droit à la même condition de logement. Les jours doivent être répartis entre elles de façon équitable et consensuelle. Tout cadeau offert doit être le même pour toutes à la fois, et ayant la même valeur. La qualité de la nourriture et de l’habillement doit être la même pour toutes. Elles doivent bénéficier des soins de l’époux en cas de maladie et de son secours pour toute autre urgence.

Même au plan des loisirs, il ne peut privilégier l’une au détriment de l’autre. Il ne peut donner satisfaction à l’une sur le plan de l’intimité conjugale au détriment de l’autre. Il ne peut, sous prétexte de disputes avec l’une, accorder ses jours à l’autre sans le consentement de cette dernière. Si elles désirent vivre sous des toits différents pour éviter des frictions, il se doit de leur garantir cela. Il n’a le droit de parler des défauts de l’une à l’autre, ni de médire de l’une auprès de l’autre. Il ne peut s’afficher publiquement avec l’une sans en faire de même pour l’autre.

Si le musulman n’est pas sûr de respecter toutes ces conditions, alors la polygamie ne lui est pas permise, sauf si, de façon consensuelle, ces femmes renoncent volontairement à certains de leurs droits.


CONCLUSION

Inexorablement, viendra le jour où l’on comprendra qu’aucune réussite sociale ne peut apporter à la femme le bonheur escompté, si elle doit être réduite à vivre dans la « clandestinité sentimentale ». Ce jour-là, l’on verra d’un œil moins passionné la sagesse de la polygamie.

D’ailleurs, « il est plus hygiénique d’avoir pour soi quatre verres pour boire son eau que de boire dans un verre qui a servi à abreuver quatre bouches à la fois », comme le disait l’Imam CISSÉ Djiguiba. La polygamie n’est pas non plus la source des maladies infectieuses, si les partenaires se sont mariés sains et vivent dans la fidélité.

Toutefois, loin d’être la promotion de la simple chair, la polygamie répond à des besoins utilitaires et salvateurs où seules les valeurs de justice, de respect, d’équité, d’amour et de crainte divine doivent triompher. Il ne s’agit pas d’épouser pour épouser, mais d’assurer et d’assumer. À défaut, la sagesse recommande de se contenter d’une seule épouse. Car, demain, devant le Régisseur des cieux, « toute corne cassée d’une brebis lui sera restituée », a dit le Messager Mouhammad (saw).

Commentaires

Dans le dossier
Religion 2017
Sondage
Nous suivre

Nos réseaux sociaux


Comment
Petites Annonces avec Annonces.ci  



Comment