Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité OK
NEWS
Comment

Accueil
News
Editorial
Article
Editorial

Les Samedis de Biton: un stagiaire devenu leader de l’entreprise
Publié le samedi 17 juin 2017  |  L’intelligent d’Abidjan
Comment


Avec les vacances qui commencent, toutes les entreprises seront inondées de demandes de stages et d’emploi. Comme on le dit couramment : « Beaucoup d’appelés et peu d’élus. » Il suffit de voir les visages des stagiaires à la fin du stage pour comprendre leur douleur. En venant pour quelques mois de stage autorisé, le stagiaire s’attendait à être embauché comme par miracle. Surtout par miracle. D’ailleurs, les occidentaux ne peuvent pas comprendre réellement l’Afrique, les Africains, leurs cadres et leurs leaders sans leur attachement au surnaturel, au mysticisme. Tout le continent vit dans un environnement mystique. Que de stagiaires ont dû avoir recours à des forces occultes pour rester dans les entreprises qui les accueillent pour trois mois. Ils auraient dû comprendre que dans toute entreprise le problème numéro 1 c’est la rentabilité. On ne peut pas recruter, à tour de bras, si cela peut et doit conduire au dépôt de bilan. Néanmoins, certains stagiaires ont été recrutés avant trois ou six mois de stage. Pourquoi ? La raison est toute simple. Le stagiaire est rentable. Il apporte plus de flux financier à l’entreprise. Depuis sa venue les coures sont ascendantes. Le chef d’entreprise ne regarde que ses chiffres et non les beaux yeux de ses travailleurs. Pas de sentiment dans la gestion d’une affaire, d’une entreprise. Imaginez un chef d’entreprise qui donnerait de l’argent, des cadeaux à tous ceux qui passeraient le voir dans la journée. A la fin du mois il ne pourra payer son personnel toujours prompt à se plaindre de son bas salaire sans proposer des idées lucratives. L’Africain est encore loin du japonais même si l’Africain peut devenir un Japonais. Vouloir c’est pouvoir. En trois mois un stagiaire doit pouvoir devenir le leader de l’entreprise et il verra qu’on lui fera signer un contrat d’embauche à un poste important de l’entreprise. Mais comment devenir le leader de l’entreprise qui a bien voulu vous retenir comme stagiaire. Premièrement, se procurer des ouvrages sur le type d’entreprise où vous êtes stagiaire. Par exemple, si c’est dans une brasserie, allez sur internet pour lire de nombreux ouvrages sur la brasserie et surtout les biographies des fondateurs d’entreprise. En quelques semaines toutes les bonnes idées lucratives viendront de vous. Tout passe par la lecture. Tout. Mais cette nouvelle génération d’Africains est telle capable de lire trois à quatre heures par jour ? Depuis l’enfance, elle vit dans les images, le bavardage et le jeu. Comment retenir un stagiaire qui manque d’imagination même s’il connait son travail de comptabilité ou d’informaticien. Des milliers de stagiaires savent le faire. Ce ne sera pas un critère de choix. C’est par la curiosité d’esprit à travers la lecture que vous vous en imposerez au directeur général ou au fondateur. Imaginez un journaliste stagiaire qui n’a pas lu Mohamed Heykal, Françoise Giroud ou John J Johson, du magazine Ebony ? Sans la lecture qui se décline en plusieurs catégories, votre stage finira dans les mois prescrits. Deuxièmement. Travailler plus. Travailler plus et gagner plus était un des slogans favoris du Président Nicolas Sarkozy. Pour un stagiaire, sans prime, signifie qu’il faut arriver à l’heure avant les autres. Au moins trente minutes avant l’heure officielle. Se plonger dans son travail. Eviter de venir aux mêmes heures que les employés, sans ambition, toujours en retard de plusieurs minutes dont le slogan est : « L’entreprise n’appartient pas à mon père. » Ne jamais évoquer le problème de transport en commun. En se réveillant à quatre heures du matin tout le temps est devant soi pour monter dans l’autobus avant six heures du matin. Un stagiaire doit éviter de prendre des permissions. Le stagiaire qui deviendra leader, dans l’entreprise, ne descendra pas aux mêmes heures que les autres. Il restera trente ou quarante minutes après. Tout comme le directeur général qui va forcément le remarquer et lui donner des tâches supplémentaires. Troisièmement. Les entreprises africaines sont des lieux de causerie sur tous les sujets. Un stagiaire ne doit pas y participer. Ne venez pas dans une entreprise et faire comme si vous étiez là depuis deux ans. Ne participez à aucun débat surtout politique. Et même sportif. Consacrez-vous essentiellement à votre travail. Fermez votre portail et ne l’ouvrir qu’aux heures de pose. L’Afrique parle trop. L’une des causes de notre efficacité jamais analysée dans les conférences et autres colloques. Un stagiaire est venu pour apprendre et non pour bavarder. Je peux citer d’autres comportements à suivre mais avec ces trois conseils à respecter vous avez beaucoup de chance qu’on vous retienne et qu’on fasse appel à vous quelques semaines ou quelques mois après votre sage. Ainsi va l’Afrique. A la semaine prochaine.

Par Isaie Biton Koulibaly
Commentaires


Comment