Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité OK
NEWS
Comment

Accueil
News
Région
Article
Région

L’AIBEF dénonce la pratique du mariage forcé en Côte d’Ivoire
Publié le vendredi 23 juin 2017  |  AIP
Comment


Dabou - Le directeur exécutif de l’Association ivoirienne pour le bien-être familial (AIBEF), Richard Allo a dénoncé, à Dabou, la pratique du mariage forcé qu'il trouve " alarmant" en Côte d’Ivoire, a constaté l’AIP sur place.

Lors des festivités officielles marquant l’édition 2017 de la journée de l’enfant africain, célébrée dans le village de Lopou, à Dabou, le directeur exécutif de l’ AIBEF a déploré que la plupart des jeunes filles en âge de procréer soient forcées au mariage.

Il a invité les populations du Léboutou, à une prise de conscience générale et individuelle, au sujet des effets néfastes de cette pratique. « Les unions forcées et précoces exposent la jeune fille au déficit d’éducation, à la déscolarisation, au risque de mort, à l’accouchement avec des traumatismes affectifs et sentimentaux », a-t-il déploré.

Cette manifestation s'est tenue le 16 juin et était placée sous le thème, " mariages forcés et précoces, quels impacts sur ces réalités socioculturelles et sur la santé de la jeune fille ». Il a vu la présence de plus de 1500 enfants.

La journée de l’enfant africain est célébré en hommage aux enfants de Soweto massacrés le 16 juin 1976, rappelle-t-on.

bec/nmfa
Commentaires


Comment