Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité OK
NEWS
Comment

Accueil
News
Région
Article
Région

Les autorités et les acteurs de la société civile d’Abengourou sensibilisés sur les conséquences de la corruption
Publié le samedi 24 juin 2017  |  AIP
Comment


Abengourou - Les autorités publiques et les acteurs de la société civile d’Abengourou ont été sensibilisés vendredi sur les conséquences de la corruption à l’initiative de la haute autorité de la bonne gouvernance (HABG).

L’objectif visé est d’amener ces acteurs de l’administration déconcentrée et décentralisée ainsi que les membres de la société civile à s’imprégner du dispositif juridique et institutionnel de lutte contre la corruption afin qu’ils s’impliquent dans la prévention et la lutte contre ce fléau qui gangrène la société ivoirienne.

Deux mécanismes ont été mis en place à l’issue des séances de sensibilisation pour leur permettre d’agir. Il s’agit du comité local d’intégrité formé par les membres de la société civile et la plateforme anticorruption ou « plateforme anticor » constitués par les autorités préfectorales, les élus, les chefs de services publics, les chefs traditionnels et les guides religieux.

Présidé par le président de la jeunesse communale d’Abengourou, Adou Richard Désiré, le comité local d’intégrité est un instrument de veille qui a pour mission principale de dénoncer les actes de corruption qui ont cours dans la localité et de sensibiliser les populations sur les manifestations et les conséquences de celle-ci.

La plateforme anticor, présidée quant à elle par le préfet de région, est un cadre de dialogue et de concertation entre toutes les parties prenantes de la prévention et de la lutte contre la corruption. Elle examine régulièrement les avancées et les obstacles aux actions de lutte contre la corruption. Ces comités locaux d’intégrité et plateformes anticor, dont tout le pays sera pourvu, vont former, à terme, une grande coalition de lutte contre la corruption, indique-t-on.

Le conseiller de la haute autorité de la bonne gouvernance, Adou Philippe, qui a procédé à l’installation officielle de ces deux structures, a exhorté les membres à contribuer à l’élimination du fléau de la corruption en Côte d’Ivoire. « Faites en sorte que du 108e rang sur 173 pays, la Côte d’Ivoire puisse descendre plus bas pour occuper un rang plus honorable », a-t-il dit.

akn/rkk
Commentaires


Comment