Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité OK
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Côte d’Ivoire/ La banane devient rare sur les marchés d’Oumé
Publié le samedi 8 juillet 2017  |  AIP
Comment


Oumé - Depuis quelques mois, la banane plantain se raréfie sur le marché de la ville d’Oumé avec pour conséquence la fermeture de plusieurs commerce de vente de la friture de banane communément appelés "Allocodromes".

Selon des spécialistes d’encadrement du monde agricole, cette situation est due au fait que de plus en plus, les paysans délaissent les cultures vivrières au profit de l’hévéaculture et de la culture du palmier à huile.

Dans les marchés visités, des commerçantes font part de leurs inquiétudes. Mme Kribi Julienne affirme que la banane coûte cher sur le marché. « On paie quatre bananes à 300 francs ou à 200 francs », soutient-elle, affirmant qu’elles ne sont pourtant pas grosses.

Une restauratrice installée au marché au quartier Koko revèle qu’à cause de la rareté de la banane, elle ne vend plus de ‘’foutou’’ (plat de banane pilée) pour éviter que les clients se plaignent.

« Je suis obligée de réduire les tranches pour pouvoir faire un peu de bénéfice. D’ailleurs, c’est à la demande de mes clients que je continue de vendre de l’alloco, sinon j’aurais tout arrêté à cause du prix très élevé de la banane à Oumé », témoigne Dosso Kady, vendeuse au quartier Béhibro.

D'après N’goran Soki Brice, un enseignant, pour que sa femme fasse son plat préféré, le "foutou", il est obligé d’augmenter la popote journalière.

(AIP)

dl/kkf/cmas
Commentaires


Comment