Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité OK
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Traite négrière ou transatlantique: Thuram rame contre les «idées reçues»
Publié le lundi 10 juillet 2017  |  Notre Voie
Culture:
© Abidjan.net par Serges T.
Culture: arrivée à Abidjan de Lilian Thuram dans le cadre du lancement du projet route de l`esclave
Mardi 04 Juillet 2017 Abidjan. Dans le cadre du lancement du projet ``Route de l`esclave`` l`ex international français Lilian Thuram a été accueilli à l`aéroport Félix Houphouet Boigny.
Comment


Dans la dynamique du lancement de «La route de l’esclave en Côte d’Ivoire», le Guadeloupéen Lilian Thuram a dédicacé son livre «Mes étoiles noires : de Lucy à Barack Obama», ouvrage de plus de 400 pages paru aux Editions Philippe Rey, Editions Seuil…et Le Livre Equitable.
Toutes sont de grandes figures ayant marqué l’histoire des peuples noirs sur qui il lève un coin de voile afin «d’enrichir nos connaissances et nos imaginaires». Dans cette épopée des Noirs, l’essayiste ressuscite, entre autres, les pharaons incarnés par Taharqa (690 av. J-C à 664 av. J-C), Esope (le sage de la Grèce ancienne) qui inspira Jean de La Fontaine, Anton Wilhelm (1703-1759, le philosophe venu du Ghana), Cheick Modibo Diarra, Martin Luther King (1929-1968), le Soviétique Alexandre Pouchkine (1799-1837), le rappeur Tupac Amaru Shakur ( 1971-196), Rolihlahla Nelson Mandela (1918-2013), Malcom X (1925-1965), Patrice Emery Lumumba (1925-1961), Jean-Jacques Tessaline (1758-1806),Toussaint-Louverture (1743-1803), Dona Béatrice (1682-1706) et Aimé Césaire (1913-2008).N’est pas exhaustive cette liste de grands esprits noirs à laquelle s’ajoutent des scientifiques, inventeurs et chercheurs.
«Pour ouvrir le récit de cette longue marche de la femme et de l’homme noirs, je ne pouvais que commencer par le Premier Homme, puisque l’homme est né en Afrique, tous les chercheurs s’accordent sur ce point», conte le champion du monde de football 98 dans ce livre illustré et commenté au fil des phrases. Si l’on en croit Thuram qui remonte plus loin, aux pré-humains, «Lucy est née en Afrique orientale, il y a 3. 180.000 ans parce qu’elle représente à nos yeux tous les âges préhistoriques. Il affirme avoir entendu parler d’elle par le professeur au Collège de France et son découvreur, Yves Coppens. «Certes pas un être humain, selon la classification scientifique mais Lucy est la mascotte de l’Humanité, notre grand-mère symbolique à tous qui mesure 1,20 m et pèse entre 20 et 25 Kg qui a «mis au monde une demi-douzaine, voire une douzaine d’enfants. Elle est décédée à l’âge de 25 ans au terme d’une vie bien remplie, un âge avancé à l’époque où l’on est mature à dix ans», décrit le conteur. Devenus «sapiens» au fil du temps, ces enfants de Lucy ont dû quitter leur berceau africain. Selon Thuram, c’est ainsi que, voulant voir plus loin, ont enfanté à leur tour toute la terre jusqu’à l’homme moderne, cet ‘‘émigré africain’’».
Voilà, soutient l’ex-international français, la vraie histoire de l’Humanité que l’Occident s’ingénie à tronquer. Comme c’est le cas, s’offusque-t-il, de la carte du monde qui questionne les représentations africaines.
«Les cartes que nous utilisons généralement placent l’Europe en haut et au centre du monde. Elle paraît plus étendue que l’Amérique latine alors qu’en réalité, elle est presque deux fois plus petite : l’Europe s’étend sur 9, 7 millions de kilomètres carrés et l’Amérique latine sur 17, 8 millions de kilomètres carrés. En effet, le géographe australien Stuart McArthur, en 1978, a placé son pays non plus en bas et excentré mais en haut et au centre. Cette carte résulte aussi des travaux de l’Allemand Arno Peters, en 1974, qui a choisi de respecter les surfaces réelles de chaque continent. Il montre par exemple, poursuit le chantre de la renaissance africaine, «que l’Afrique, avec ses 30 millions de kilomètres carrés, est deux fois plus grande que la Russie qui compte 17,1 kilomètres carrés. Pourtant, sur les cartes traditionnelles, c’est le contraire», dénonce le président de la Fondation LilianThuram-Education contre le racisme.
«Placer l’Europe en haut est une astuce psychologique inventée par ceux qui croient être en haut, pour qu’à leur tour, les autres pensent être en bas. Rien n’est neutre en termes de représentation. Lorsque le Sud finira de se voir en bas, ce sera la fin des idées reçues», conclut le militant contre le racisme, l’intolérance.
Dans une contribution fort remarquée, le ministre de la Culture et de la Francophonie, Maurice Bamba, a apporté de l’eau au moulin de Thuram, au nom de la renaissance africaine, en citant des modèles en la matière comme Cheickh Anta Diop, Marcus Garvey, Kuame N’Krumah, Sekou Touré et autres.
«Mes étoiles noires» de Lilian Thuram ayant bénéficié de la collaboration de Bernard Fillaire est disponible en version portugaise, italienne et espagnole. L’œuvre est également adaptée en bande dessinée sous le titre, «Notre histoire».

S. A.
Commentaires


Comment