Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité OK
NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

Côte d’Ivoire-Burkina Faso: Le Conseil conjoint de gouvernement s’est ouvert ce lundi
Publié le lundi 17 juillet 2017  |  Fraternité Matin
6e
© Abidjan.net par A.O
6e TAC : cérémonie d`ouverture du conseil conjoint de gouvernements du Burkina et de la Côte d`Ivoire
Lundi 17 juillet 2017. Ouagadougou. Les gouvernements burkinabè et ivoirien ont débuté les travaux du conseil des ministres conjoint dans le cadre du 6e Traité d`amitié et de coppération (TAC) Burkina-Côte d`Ivoire sous la présidence des Premiers ministres Paul Kaba Thièba et Amadou Gon Coulibaly.
Comment


Les deux gouvernements ont depuis les 3ème et 4ème Conférences au Sommet de ce Traité, décidé de la mise en œuvre de projets

Les Premiers ministres Paul Kaba Thiéba et Amadou Gon Coulibaly ont présidé cette instance qui va soumettre ses décisions à l’approbation des Chefs d’Etat des deux pays qui se réunissent demain à Ouagadougou.
Le Conseil conjoint des gouvernements de la sixième Conférence au Sommet du Traité d’Amitié et de Coopération (TAC) entre le Burkina-Faso et la République de Côte d’Ivoire s’est ouverte ce matin dans la salle des conférences de Ouaga 2000, dans la capitale burkinabé.

« Notre rencontre de ce matin traduit notre détermination à être à la hauteur de la volonté de nos deux peuples et de notre responsabilité historique en renforçant sans cesse notre coopération et en préservant nos valeurs. A cet égard, nous devons travailler à trouver des réponses communes aux défis de notre temps. » a d’emblée indiqué le Premier ministre burkinabè, Paul Kaba Thiéba.

« Depuis la signature du Traité (le 29 juillet 2008), d’importants acquis ont déjà été enregistrés dans plusieurs domaines de notre coopération tels les infrastructures routières et ferroviaires, les relations économiques et commerciales, la coopération énergétique, la diplomatie, la défense et la sécurité, l’éducation et la recherche scientifique, la coopération administrative transfrontalière, la libre circulation des personnes et des biens, l’agriculture et le foncier rural, la formation professionnelle, l’artisanat, la culture et le tourisme, l’emploi des jeunes et les droits de la femme », a aussi ajouté le chef du gouvernement burkinabè
... suite de l'article sur Fraternité Matin

Commentaires


Comment