Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité OK
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Adzopé: Les acteurs de l’aquaculture renforcent leurs capacités
Publié le jeudi 20 juillet 2017  |  AIP
Comment


Adzopé – Le Centre de coopération international et de recherche agronomique pour le développement (CIRAD), avec l’appui financier de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), organise du mardi au vendredi, à la Société agricole et piscicole (SAP), un atelier de renforcement des capacités des acteurs de l’aquaculture sur les modèles et technologies aquacoles permettant de réduire la pauvreté d’améliorer l’emploi des jeunes et de favoriser la commercialisation.

Le représentant de la FAO, chargé de la pêche et l’agriculture pour l’Afrique, Martin Vander Knaap a indiqué que l’objectif de cet atelier est « d’évaluer en quoi et comment la pisciculture intégrée et les activités associées dans les paysages ruraux contribuent à la création d’emploi des jeunes et la réduction de la pauvreté ». Pour lui, l’aquaculture doit être perçue comme une opportunité pour permettre aux habitants des zones rurales de non seulement se nourrir de façon convenable et de pouvoir gagner de l’argent.

Quant au représentant du CIRAD, Dr Olivier Mikolaceck, il a souligné que cet atelier permettra aux participants de confronter leurs différentes techniques dans le domaine de la pisciculture afin d’améliorer leur savoir-faire pour développer leurs activités. Selon lui, l’aquaculture est une activité très importante dans la mesure où elle peut être pourvoyeuse de beaucoup d’emplois surtout en milieu paysan. Il a profité de l’occasion pour remercier le Centre de recherches océanologiques (CRO) pour son appui à l’organisation de cet atelier.

Le secrétaire général de préfecture Kouassi K. Christophe a, au nom du préfet, remercié les organisateurs de cet atelier pour avoir choisi Adzopé pour cette rencontre internationale. Il a invité les participants à proposer des résolutions efficaces afin que les gouvernants puissent les mettre en pratique pour le développement de l’aquaculture en vue de la réduction de la pauvreté et de la famine en Afrique.

Cet atelier regroupe 30 participants venus du Sénégal, du Burkina-Faso et de la Côte d’Ivoire qui plancheront sur divers thématiques à savoir la performance des modèles de pisciculture, l’emploi familial, l’accès au foncier, la formation des jeunes et les interactions entre les acteurs ruraux de la filière piscicole et le secteur privé agro-industriel.

ibt/ena/fmo
Commentaires


Comment