Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité OK
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Côte d’Ivoire/ De multiples défis à faire face à Bloléquin dans le développement local (Maire)
Publié le mercredi 26 juillet 2017  |  AIP
Comment


Bloléquin - Situé dans la région du Cavally, le département de Bloléquin, avec une superficie de 2 065 km, est limité à l'Est par le département de Guiglo, à l'Ouest par les départements de Toulépleu et de Zouan-Hounien, au Sud par le fleuve Cavally, limite naturelle avec la République du Libéria.

Le département de Bloléquin, de par sa position géographique, constitue un carrefour commercial important avec d’énormes potentialités naturelles mais aussi économiques. Mais, l’insuffisance considérable d’infrastructures socioéconomiques ralentit le développement de cette ville frontalière, peuplée d’environ 200 000 habitants, fait remarquer le maire de la commune Djouha Kehi Edouard, dans un entretien avec l’AIP.

Selon le premier magistrat de la commune, l’électrification de la ville constitue un casse-tête tant pour les autorités municipales que pour les populations et opérateurs économiques locaux. Depuis 2014, l’équipe municipale se bat pour remédier à la situation qui cause d’énormes préjudices à cette contrée. "Nous avons installé 70 lampadaires et fait de l’extension du réseau d’éclairage public. L’électrification constitue une priorité pour la période 2017-2020. Nous allons travailler et rechercher des ressources pour augmenter l’électricité dans les zones qui vivent dans l’obscurité", promet le maire Djouha Kehi Edouard.

Bloléquin fait également face au problème d’insécurité, eu égard à l’insuffisance de dispositif de sécurité, fait remarquer l’autorité municipale qui plaide pour l’installation d’un commissariat de police et d’une brigade de gendarmerie mobile à l’instar d’autres villes du pays.

Selon Djouha Kehi Edouard, l’équipe municipale se débat également avec les moyens de bord pour améliorer les conditions d’existence des populations.

"Avant notre arrivée, les recouvrements étaient plafonnés à 20 millions de FCFA par an. Aujourd’hui, nous sommes à 60 millions de FCFA de ressources propres qui nous permettent de payer les salaires. C’est une belle performance due à la position géographique de notre ville" qui a subi d’importants préjudices pendant les crises précédentes qui ont secoué le pays.

D’ailleurs, a-t-il annoncé, un nouveau marché est en voie de construction. "Nous avons aussi réalisé un dépotoir pour régler le problème d’insalubrité du marché qui constituait un problème majeur", a ajouté le maire, en précisant que plusieurs efforts ont été également faits dans les domaines de la santé, de l’éducation et de l’assainissement.

"Si nous avions beaucoup plus d’infrastructures, notre commune serait l’une des plus développées en Côte d’Ivoire", a laissé entendre Djouha Kehi, en présentant les nombreux atouts dont dispose Bloléquin qui peine toutefois à recevoir des promoteurs économiques du fait de l’insécurité de plus en plus grandissante.

Le premier magistrat de la commune a, par ailleurs, déploré la non-effectivité de l’intercommunalité dans cette zone. "Avec l’intercommunalité, nous aurions pu tirer notre épingle du jeu, mais elle n’est pas encore une réalité ici, car chaque maire travaille dans son coin", a-t-il regretté, faisant un clin d’œil à la jeunesse communale qui est un capital humain indéniable pour le développement de Bloléquin.

"Bloléquin compte beaucoup sur sa jeunesse. Nous voulons des jeunes engagés et responsables. C’est pour cette raison que nous misons tous nos efforts sur nos jeunes pour que demain, ils puissent aller en compétition au niveau national", a déclaré Djouha Kehi qui souhaite que sa commune ait "demain beaucoup de cadres qui travailleront pour notre ville, afin de rattraper le retard accusé dans plusieurs domaines", a-t-il conclu.

(AIP)

SGB/kp
Commentaires


Comment