Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité OK
NEWS
Comment

Art et Culture

VIIIes jeux de la francophonie : Entretien Marie-Josée Groulx (Directrice communication-marketing des IXes jeux de la francophonie Nouveau-Brunswick 2021)
Publié le lundi 31 juillet 2017  |  Diasporas-News
Marie-Josée
© Diasporas-News par DR
Marie-Josée Groux (Directrice communication-marketing des IXes jeux de la francophonie Nouveau-Brunswick 2021)
Comment


«Pour le Nouveau-Brunswick, 2021 c'est demain...»

Marie-Josée Groulx est Directrice communication-marketing des IXes jeux de la francophonie Nouveau-Brunswick 2021. Dans cet entretien, elle annonce la couleur des prochains jeux qui se dérouleront dans sa province au Canada et parle de l'expérience vécue à Abidjan lors des VIIIes jeux.

Diasporas-News : Marie-Josée Groulx, vous êtes Directrice communication-marketing des IXes jeux de la francophonie Nouveau-Brunswick 2021. Vos impressions au terme de ces VIIIes jeux de la francophonie à Abidjan?

Marie-Josée Groulx : Je dirai que la barre est haute pour nous comité d’organisation des prochains Jeux de la francophonie en 2021. La Côte d'Ivoire a réalisé une superbe performance au niveau de l'organisation, la prestation et de l’accueil des Jeux. Durant les deux semaines que notre comité d'organisation est à Abidjan, il a observé les bonnes pratiques et les points qui pourraient être améliorés. On a hâte de parler avec le Comité national des jeux de la francophonie 2017 dans quelques semaines, pour voir selon eux ce qu'on pourrait améliorer ou répéter parce qu'il y a eu de très belles choses ici (à Abidjan). On est ici pour apprendre mais pour voir aussi comment les Jeux de 2021 pourraient être différents de 2017. C'est important qu'il y ait une progression à tous les Jeux. Et c'est pour cela que nous sommes ici.

D-N : Depuis que l'organisation des Jeux de 2021 a été attribué au Nouveau-Brunswick, qu'est-ce qui a été fait à ce jour?

M-J.G : Dès l'attribution des Jeux au Nouveau-Brunswick, le bureau de direction du CNJF a été formé. Il est pratiquement complet. Il y a beaucoup de choses qui ont été faites dont le plan d'affaire. Nous avons déjà entamé les discussions au niveau protocolaire, les questions de visa. Ce n'est pas facile de rentrer au Canada, on a donc entrepris ces discussions avec le gouvernement fédéral. On parle avec les transporteurs, de façon à faciliter la venue des participants qui viennent de loin. Nous avons une petite province, mais très accueillante qui est impatiente d'accueillir la francophonie mondiale sur son territoire. Pour nous 2021, c'est demain et on ne peut pas attendre.

D-N : Comment la province a-t-elle accueilli l'attribution de l'organisation des Jeux de 2021?

M-J.G : Les populations ont bien accueilli cela. Elles étaient très contentes. Mais elles ne réalisent pas encore à quel point l'envergure des Jeux est énorme. Je crois que lorsqu'elles réaliseront cela, elles seront encore plus excitées qu'elles sont, au moment d'accueillir les Jeux de 2021.

D-N : A la lumière de ce que vous avez vu à Abidjan, qu'est-ce que le Nouveau-Brunswick a à offrir à la francophonie?

M-J.G : Le Nouveau-Brunswick, c'est très différent d'Abidjan. Ce qu'on a à offrir, c'est d'abord l'accueil de notre population. À Abidjan, on a été très bien accueilli, les gens sont chaleureux mais en Acadie, les populations sont aussi chaleureuses. La particularité de la région de Moncton-Dieppe, c'est que c'est une région côtière, centrale aux provinces maritimes. C'est le moteur économique du Canada. Elle est située à l'Est du pays. C'est une petite province, la seule bilingue. Au Nouveau-Brunswick, l'Anglais et le Français ont le même statut légal. Tout est affiché dans les deux langues. Vous avez accès aux services gouvernementaux que ce soit municipal ou gouvernemental dans la langue de votre choix. Ce qui fait que le Nouveau-Brunswick est unique au Canada. C'est microcosme du Canada. En terme de population, un tiers est francophone et deux tiers est anglophone. 50% de la population s'exprime couramment dans les deux langues.

D-N : Selon vous qu'est-ce que ces Jeux vont apporter au Nouveau-Brunswick?

M-J.G : Un vent de renouveau, de fierté de faire partie de la francophonie mondiale. Vous savez, le Nouveau-Brunswick est une petite province et on est membre à part entière de l’organisation internationale de la francophonie (OIF). C'est quand même assez particulier pour nous. Les Jeux vont faire voir à nos jeunes qui s'anglicisent que le Français est bien vivant à travers le monde et que c'est tellement important et fondamental de faire partie de la communauté francophone mondiale. Les Jeux vont apporter des changements majeurs au niveau de la façon dont nos jeunes pensent et agissent.

D-N : Etes-vous satisfaits de la prestation du Canada dans ces Jeux à Abidjan?

M-J.G : Le Canada avait une grande délégation. Si on compte le Québec et le Canada Nouveau-Brunswick, je pense que le Canada a fini à la 3ème place. C'est une expérience unique pour ces jeunes d'avoir eu l'occasion de venir en Afrique, en Côte d'Ivoire. Il y en a plusieurs d'entre-eux qui n'avaient jamais pris l'avion. C'est une expérience extraordinaire. On est très fier au Nouveau-Brunswick de la prestation du Canada. C'est juste pour vous donner un avant-goût. Le Canada est une terre d'accueil, un pays multiculturel, un pays d’immigrant de prime abord. On est tout jeune. On a célébré récemment le 150ème anniversaire de notre constitution. On a hâte de vous accueillir et c'est certain que sur notre territoire, c'est possible que le Canada finisse en tête de palmarès en 2021. J'espère que la francophonie internationale aura l'occasion et la chance de se déplacer sur notre territoire, de voir aussi que le français est vivant, même du côté des Amériques. Et que c'est vraiment une langue qui nous unis tous et qui nous fait rayonner depuis des milliers d'années.

Réalisé par Jean-Christophe Pagni
Correspondant de Diasporas-News à Abidjan
Commentaires


Comment