Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité OK
NEWS
Comment

Accueil
News
Santé
Article
Santé

Le CHU de Bouaké ‘’perd’’ son unique gynéco-obstétrique
Publié le mercredi 9 aout 2017  |  LInfodrome
Comment


DJANHAN Yao Antoine, Professeur titulaire de médecine, seul spécialiste en gyneco-obstetrique et andrologue, en service depuis 1980 est admis à faire valoir ses droits à la retraite après une mission bien remplie au service de la communauté.

Une cérémonie d'hommage a été organisée le dimanche 6 Août dernier au sein de l'institution sanitaire, le centre hospitalier universitaire de Bouake, institution dont il aura en charge la gestion de son service de gynécologie. Une messe d'action de grâce officiée à la chapelle Notre Dame de Lourdes du CHU a été l'occasion pour parents, amis, collègues et étudiants d'implorer le tout puissant pour la nouvelle vie de l'Homme. Chants, danses, prières et témoignages ont meublé le cours de cette eucharistie du prélat. S'en suivra aussi un somptueux déjeuneur au cours duquel les différents convives ont fait montre de leur amour, leur sympathie pour l'ex gynécologue qui selon eux aura fait preuve de dévotion et de son de soi à ses patients.

Mme Kambou, Sage femme et enseignante à l'Institut National de Formation des Agents de Santé (INFAS) a dit son admiration pour cet ancien collaborateur depuis sa prise de service à Korhogo en passant par le CHU de Bouake. « C'est un Homme rigoureux qui aime son travail mais se met au service du plus petit agent... », a-t-elle témoigné. Pour le professeur Doumbia Yacouba, chef du service maternité au chu de Bouake et poulain du professeur à la retraite, le départ de ce maître fera un vide pour la jeune génération. Le professeur DJANHAN Yao, dira-t-il, a beaucoup contribué à la formation des étudiants de la faculté de médecine mais aussi et surtout il a su gérer avec brio et détermination le service de gynécologie du CHU de Bouake qui a valu cet établissement sanitaire d'être aujourd'hui un label dans notre pays.
... suite de l'article sur LInfodrome

Commentaires


Comment