Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité OK
NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

Endettement de la BAD: l’agence de notation Fitch Ratings tire la sonnette d’alarme
Publié le samedi 12 aout 2017  |  Notre Voie
Le
© Autre presse par DR
Le siège de la BAD à Abidjan ( Côte d`Ivoire)
Comment


L’agence internationale de notation en finance Fitch Ratings s’inquiète de l’endettement croissant de la Banque africaine de développement (Bad) qui pourrait devenir facilement un poids sur le long terme. L’information provient de l’Agence Ecofin (agence d’information économique) en date du vendredi 4 août 2017. Cette situation d’endettement de la Bad selon l’agence Fitch Ratings se prénomme la note de défaut émetteur à long terme (Issuer Default Rating – IDR) de la Bad. Cependant, l’agence de notation estime que le soutien des Etats-Unis, l’Allemagne et le Canada, qui sont classés «AAA» constituent un atout qui va permettre la stabilité de la Bad.

L’agence de notation, en effet, relève que la croissance rapide des prêts, au cours des deux dernières années, a entrainé une augmentation rapide de l’endettement de la Bad. « Une conclusion déjà établie par la direction de la banque qui expliquait, à cet effet, que sans une augmentation conséquente de capital au cours des deux prochaines années, elle pourrait ralentir ses prêts afin de préserver ses indicateurs de solvabilité », explique l’Agence Ecofin. Et de poursuivre : « Plus précisément, si aucune augmentation de capital n’est approuvée d’ici 2019, la dette ne serait pas intégralement couverte par les capitaux exigibles des pays évalués à ’’AAA’’ ». Une telle situation pourrait exercer une forte pression sur la notation financière de l’investisseur panafricain. D’ailleurs, dans une pré-analyse confidentielle du 1er août 2017, l’agence de notation avait déjà passé ses perspectives à « négatives » avant de se raviser, quatre jours plus tard, pour maintenir le niveau « stables ».

La Bad, en effet, bénéficie d’un solide soutien de ses 80 Etats membres, dont 26 pays non africains ayant des cotes moyennement élevées auprès de l’agence Fitch ratings basée à Londres. Le capital exigible souscrit par ses derniers classés pour la grande majorité «AAA», au nombre desquels se trouvent les Etats-Unis, l’Allemagne et le Canada, représente 21% du total. Fin 2016, ce portefeuille couvrait déjà entièrement la dette nette de la banque, confortant la cote «AAA» de la capacité des actionnaires à soutenir l’institution, à en croire Fitch ratings. Selon l’agence de notation, la forte propension des Etats membres à soutenir la banque en cas de besoin est illustrée par les augmentations de capital en cours et également son important rôle dans le financement de la région.

Quant à la solvabilité de la Bad, Fitch ratings porte la note assimilée à « AA » et affiche ses inquiétudes en ce qui concerne la solidité de l’institution financière. En effet, bien que la capitalisation de la banque reste forte, elle continue de diminuer en raison de la croissance rapide des prêts, selon Fitch ratings. Le ratio des fonds propres (actions/actifs) qui mesure la part des actifs financée par les actionnaires est tombée à 23% en 2016, comparativement à 27% en 2015. Cet indicateur devrait se dégrader davantage au cours des prochaines années, au vu de la tendance actuelle, conclu l’agence de notation.

Selon un communiqué de la Bad, en date du 9 août 2017, la vice-présidente par intérim des Finances de la Bad, Hassatou Diop N’Sele commentant la notation de Fitch Ratings, s’est réjouie de la note ‘’AAA’’ que l’agence a attribuée à son institution avec en prime une perspective stable.

‘’AAA’’ est une échelle de notation financière selon les principales agences de notation. ‘’AAA’’ est la 1ère qualité qui symbolise le long terme c’est-à-dire la capacité d’un Etat ou une banque à rembourser son emprunt. La note est suivie par les différents acteurs financiers. La note influe sur le taux d’intérêt auquel un Etat ou une banque peut contracter un emprunt (obligation).


GOMON Edmond
Commentaires


Comment