Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité OK
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Côte d’Ivoire / La Fondation Serenti et le centre d’information du GIABA veulent unir leurs actions
Publié le samedi 12 aout 2017  |  AIP
Comment


Abidjan - Le responsable du Centre d’Information d’Abidjan du Groupe intergouvernemental d’action contre le blanchiment d’argent en Afrique de l’Ouest (GIABA), Coulibaly Zana Benne, a échangé, vendredi, avec une délégation de la Fondation Serenti, conduite par sa présidente, Michèle Pépé, sur les synergies d’action dans la lutte contre le blanchiment de capitaux, le financement du terrorisme et la prolifération des armes légères et de petit calibre.

Selon un communiqué du GIABA transmis, vendredi, à l’AIP, il a ainsi été question, au cours des discussions, des voies de collaboration entre le GIABA et les organisations de la société civile en général, et la Fondation Serenti en particulier afin de toucher toutes les couches de la population, pour mieux faire connaitre la problématique du blanchiment de capitaux et mobiliser l’ensemble des acteurs et partenaires contre ce fléau qui menace les bases économiques, sociales et politiques des Etats de l’Afrique de l’Ouest.

La Fondation Serenti est une organisation non gouvernementale qui œuvre à la réalisation du développement durable et la sécurité humaine, par la promotion de la paix, la sécurité inclusive, le développement et la promotion du genre.

Le GIABA est une institution spécialisée de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Il a été établi en 2000 par la Conférence des Chefs d'Etat et de Gouvernement (CEDEAO). Le GIABA est chargé du renforcement des capacités des États membres dans la prévention et la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme dans la région. Son siège est à Dakar, et son Directeur Général est le Colonel Adama Coulibaly.

Le Centre d’Information d’Abidjan, ouvert le 21 septembre 2015, couvre les pays francophones et lusophones de l’Afrique de l’Ouest. C’est l’un des deux Centres d’information du GIABA avec celui de Lagos, ouvert en 2011 et qui lui couvre les pays anglophones.

(AIP)

kkf/fmo
Commentaires


Comment