Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité OK
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Côte d’Ivoire/ Des adolescents de Yamoussoukro sensibilisés sur les dangers de la précocité sexuelle
Publié le samedi 12 aout 2017  |  AIP
Comment


Yamoussoukro -Plus d’une soixantaine d’adolescents et de jeunes de la capitale politique de Yamoussoukro ont participé vendredi, au centre de santé de N’Zuessi à une séance de sensibilisation sur les dangers liés à la précocité sexuelle et aux sorties nocturnes.

Initiée par le Centre de compétence de la vie et la santé de la reproduction (CCV/SR), la session de sensibilisation s’inscrit dans le cadre du programme de renforcement des familles (PRF), et vise à réduire significativement les cas de sexualité précoce chez les adolescents.

La capitale Yamoussoukro, à l'instar des autres villes, se trouve confrontée à de nombreux défis dont la réduction des vulnérabilités de ces enfants qui prennent de l'âge au fur et à mesure, et copient les comportements à risques des autres enfants de leurs entourages.

Le coordonnateur du projet, le sociologue communicateur en santé, Léon Ake Ahiba a informé qu’après une enquête menée auprès des adolescents et jeunes dans sa zone d’intervention, il ressort que 97 sur les 227 enfants approchés ont des comportements à risque.
« La remarque est claire, ces enfants abandonnent les études, négligent les des études, ils sont désobéissants, commettent des vols, effectuent des sorties nocturnes et abusives et les filles tombent précocement enceinte », a fait savoir le chef du projet PRF.

Les statistiques du ministère de l'Éducation nationale, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle (MENETFP) indiquent 4 471 cas de grossesse enregistrés depuis le début de la rentrée 2016-2017 dans le secondaire général en Côte d’Ivoire.

Selon cette étude intitulée « statistique scolaire de poche 2016-2017, 920 filles parmi les 4 471 sont âgées de 19 ans et plus. 2398 ont entre 15 et 18 ans, et 1153 ont entre 9 et 14 ans. Le même rapport dénombre sur la période scolaire 2016-2017, 404 cas de grossesse dans l’enseignement scolaire primaire avec 51 cas chez les fillettes de moins de 12 ans, et 353 cas chez les 12 ans et plus.

« Ces chiffres devraient tous nous interpeller afin de donner une réponse adéquate au phénomène de sexualité précoce surtout en cette période de vacances où les enfants sont beaucoup oisifs », a fait savoir le sociologue communicateur.

Léon Aké Ahiba a insisté sur les conséquences liées à une telle attitude puis conseillé aux enfants d’abandonner les actes de la précocité pour une meilleure santé afin de réussir leur parcours scolaire

(AIP)
nam/fmo
Commentaires


Comment