Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité OK
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Côte d’Ivoire/ Le maire de Ferké s’engage à prendre en charge la scolarité d’une adolescente menacée d’un mariage précoce
Publié le dimanche 13 aout 2017  |  AIP
Comment


Ferkessédougou - Le maire de Ferkessédougou (Nord, région du Tchologo), Ouattara Blidia Alain, s'engage à prendre en charge la scolarité d'une élève de 15 ans, obligeant ses parents à abandonner leur projet de mariage forcé qu'ils préparaient pour elle, a appris AIP samedi auprès du chargé de communication du conseil municipal.

La jeune AMK ne rejoindra pas son futur époux à Ouangolo. Cette élève de 15 ans ayant obtenu 16,20/20 de moyenne annuelle était sur le point d'interrompre ses études au Lycée moderne de Ferké car ses parents envisageraient de la donner en mariage après la fête de la Tabaski prévue début septembre.

"Ayant appris cette nouvelle, le vendredi 11 août, le maire a instruit le directeur du centre social, M. Kouassi Gérard, de se rendre au domicile de ces derniers afin de leur faire entendre raison", a fait savoir M. Yeo Wakori, chargé de communication du maire.

Mais la visite du fonctionnaire va accoucher d'une souris, les parents de la jeune fille ayant décidé plus que jamais de faire accélérer les préparatifs du mariage avant que les autorités ne viennent y fourrer le nez.

"Si c'est l'école que tu aimes tant, tu iras à l'école, là-bas, chez ton mari, s'il le permet. Le mariage se fera d'ailleurs avant la Tabaski. Plus question d'attendre avec toutes ces personnes qui se mêlent de ce qui ne les regardent pas", avait tranché la grand-mère, en maîtresse de famille, devant une jeune fille complètement désespérée.

Informé de ce revirement de situation, le premier magistrat de la commune a chargé son deuxième adjoint au maire, le colonel à la retraite Sanogo Yacouba, accompagné de deux policiers ainsi que le directeur du centre social, d'engager des discussions plus fermes avec la famille.

"C'est parce que nous n'avons pas les moyens de la scolariser", s'est défendue la grand-mère de la jeune fille, justifiant le projet de mariage forcé désormais avorté. D’autant plus que le maire Alain Blidia a décidé de prendre en charge toute la scolarité de AMK. En retour, la vieille dame a promis de renoncer au projet.

(AIP)

ti/cmas
Commentaires


Comment