Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité OK
NEWS
Comment

Accueil
News
Région
Article
Région

Un Arrêté préfectoral pris pour réduire les nuisances sonores à San Pedro
Publié le vendredi 25 aout 2017  |  AIP
Comment


San Pedro – Le Comité d’éveil du département de San Pedro, présidé pour l’occasion par la représentante du préfet, Okou Marie-Thérèse, secrétaire générale 2 de préfecture, s’est réuni mercredi pour présenter un Arrêté préfectoral visant la réglementation des bruits de voisinage dans le département, de même que le démarrage de la phase de répression des auteurs de nuisances sonores.

Pris le 17 juillet, cet arrêté s’applique aux bruits provenant des ménages, des "maquis" (gargotes), des lieux de cultes, des établissements à caractère commercial, artisanal et de toute personne physique ou morale diffusant à titre habituel ou exceptionnel un son.

«Il est fermement interdit de jouer de la musique ou des instruments de musique et/ou d’émettre des bruits et tout autre nuisances sonores les dimanches à partir de 16H jusqu’au vendredi à 18H », selon l’article 3 de l’Arrêté préfectoral. Cependant l’Arrêté précise qu’à titre exceptionnel, « il est autorisé de jouer de la musique ou des instruments de musiques les vendredis et samedis de 18H à 22H au plus tard ainsi que les dimanches de 6H à 16H ».

« Nous privilégions la sensibilisation mais c’est bientôt la rentrée scolaire, il faut prendre le taureau par les cornes », a déclaré Mme Okou. Elle a instruit la police mondaine et la direction régionale de la salubrité de faire appliquer la loi. Ceux-ci se sont donné une semaine pour une dernière phase de sensibilisation avant de passer la semaine suivante à la répression.

Les populations se plaignent régulièrement à San Pedro des nuisances sonores générées souvent par certains voisinages dont ceux de "maquis" et restaurants, lieux de cultes et chez certaines personnes. Pour mettre fin à ces comportements, le comité d’éveil a été saisi de la question et une période de sensibilisation a eu lieu du 26 avril au 03 mai à l’adresse des guides religieux, des tenanciers de "maquis" et restaurants, de même que de l’ensemble des populations.

Il avait été décidé du passage à la phase de répression à partir du 04 mai, avec l’appui d’un arrêté préfectoral que vient de prendre le préfet. Celui-ci s’appuie sur différentes lois et décrets dont le décret du 12 octobre 2016 portant réglementation des émissions de bruits. Le non-respect de l’arrêté expose le contrevenant au paiement de 10 000 à 500 000 francs CFA d’amendes, conformément à l’article 103 du code de l’environnement.

jmk/cmas
Commentaires


Comment