Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité OK
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Côte d’Ivoire/ Conflit à Linguekro : le député de Séguéla s’insurge contre l’accusation de promesses électorales non tenues
Publié le vendredi 8 septembre 2017  |  AIP
Comment


Séguéla – Se prononçant sur l’accusation de promesses électorales non tenues en 2012 qui seraient la cause de la récente rixe à Linguekro, le député Diomandé Mamadou s’est inscrit jeudi, en faux contre celle-ci, arguant n’avoir jamais fait ce genre de promesse à qui que ce soit, lors d'une conversation téléphonique avec l'AIP.

« C’est faux, archi-faux. (…) Dans tous mes discours, je critique ces politiciens qui promettent de donner le courant, l’eau, de faire les routes, car ce n’est pas le rôle du député. J’ai toujours dit à ceux qui me sollicitent dans ce sens que, moi, je ne peux pas donner le courant, faire les routes », a-t-il déclaré, énumérant plutôt quelques-unes de ses actions de développement menées sur ‘’fonds propres’’, à savoir une école maternelle et un collège à Téguéla, un dispensaire à Gbona et des fonds de commerce ‘’à toutes les associations féminines des villages’’.

Le député de la commune de Séguéla qui devait rendre une visite de courtoisie mardi, à un ‘’ami’’ a été empêché d’entrer à Linguekro par une frange de la jeunesse de ce village d’environ 300 âmes. Il s’en est suivie une bagarre rangée qui a occasionné quatre blessés, trois cases auxquelles des inconnus ont mis le feu et dont une a été complètement consumée ainsi que des fusils calibre 12 saisis par la gendarmerie, rappelle-t-on.

« C’est de la manipulation. (…) Ils n’ont pas d’arguments et ils ne peuvent pas non plus citer leur commanditaire », a ajouté le parlementaire qui a récemment décidé de renoncer à son salaire au profit d’autres couches de la société et qui penche pour des actions ponctuelles à ‘’Sualla’’, ‘’Djamina’’, ‘’Kavena’’ ou encore ‘’Téguéla’’.

« Il faut que les gens sachent raison gardée. On ne peut pas empêcher un citoyen de se déplacer sur l’ensemble du territoire national. Je peux partir où je veux, quand je veux, en conformité avec les lois de mon pays », a conclu Diomandé Mamadou qui, au final, a pu accéder au village pour effectuer sa visite.

Mercredi, toutes les parties rencontrées par l’AIP ont appelé à l’apaisement en privilégiant désormais le dialogue et la préservation des intérêts des populations de Téguéla et de Linguekro, deux villages voisins distants de seulement 2,8 km.

(AIP)

kkp/fmo
Commentaires


Comment