Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Côte d’Ivoire / Lutte contre le racket : le 13ème CCLR installé à Séguéla
Publié le samedi 16 septembre 2017  |  AIP
Comment


Séguéla – Le Comité communal de lutte contre le racket (CCLR) de Séguéla, le 13ème du genre, a été installé vendredi par l’inspecteur général de la police nationale, Joseph Djah Blé, à l’issue d’une cérémonie à la préfecture de région en présence des chefs religieux et traditionnels, des directeurs et chefs de service ainsi que des responsables d’associations de jeunesse et de femmes.

Pour le président dudit comité, le maire Diomandé Lassina, "il est indispensable d’éradiquer le racket de la société avant qu’elle ne la déprave complètement". D’où un engagement fort pris pour que l’indice de la bonne gouvernance soit meilleur dans le département de Séguéla.

« Celui qui rackette s’enrichit au détriment de l’Etat. Il pénalise donc le reste de la population parce que l’argent va dans sa poche, au lieu que ce soit dans les caisses de l’Etat », a, pour sa part, dénoncé le représentant du directeur général de la décentralisation et du développement local (DGDDL), Yapo Jean-Jacques, qui a insisté sur le bénévolat des membres de ce comité qui, selon lui, permettra de lutter efficacement contre la pauvreté et l’injustice.

« Il faut arrêter de prendre l’argent partout. Arrêtons ça », a exhorté le représentant du ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, le général de police Djah Blé, qui, après avoir procédé à l’investiture du comité composé de 27 membres, a recommandé aux populations de changer de mentalité et de comportement afin qu’advienne l’ "Ivoirien nouveau" tant prôné.

Pour cette année, ce sont les CCLR de Dabou, Attécoubé, Cocody, Grand Lahou, Agou, Gagnoa, Yamoussoukro, Bouaké, Abengourou, Aboisso, Tiassalé et Daloa qui ont été mis en place avant celui de Séguéla.

Composé, entre autres, des élus locaux, des chefs de communautés, de la société civile et des médias, des représentants de la justice et des forces de l’ordre, le CCLR, sur la base de l’ordonnance 2013-660 du 20 septembre 2013 relative à la prévention et à la lutte contre la corruption et les infractions assimilées, a cinq axes majeurs que sont les libertés civiles, l’efficacité de l’action municipale, le contrôle de la corruption, les droits politiques et la liberté d’information.

kkp/kam
Commentaires


Comment