Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Cinq années de réclusion pour un passeur de drogue à la prison de Dimbokro
Publié le jeudi 21 septembre 2017  |  AIP
Comment


Dimbokro - Le tribunal correctionnel a condamné à cinq années de réclusion Yavo Aka Mathurin, garde pénitentiaire, et deux détenus, Kaboré Abdoulaye et Karambiri Yacouba, (qui purgent une peine de 20 ans), pour tentative de contravention aux règlements concernant la détention, l’acquisition ou la cession de drogues et de facilitation à autrui de l’usage de stupéfiants au sein de la maison d’arrêt et de correction de Dimbokro et violation des règlements de l’administration pénitentiaire.

Yavo Aka Mathurin, 37 ans, qui n'a que quatre ans de service dans l'administration pénitentiaire, passera les cinq prochaines années dans les geôles de Dimbokro, en compagnie de Kaboré Abdoulaye, 47 ans, et Karambiri Yacouba, 26 ans, qu'il surveillait, en a décidé le tribunal de Dimbokro à son audience de mercredi présidée par le juge Galé Maria Dadjé.

Ensemble, ils ne pourront exercer leurs droits civiques que dans 10 ans et ne paraitront sur le territoire national à l’exception de leurs lieux d’origine qu'après trois ans.

Les trois prévenus devront également payer, à leur sortie de prison, 500 000 FCFA chacun d’amende.

Le président du tribunal, en prononçant cette sentence, n’a pas suivi le substitut du procureur Koné Thenan Donald qui avait requis cinq années d’emprisonnement ferme pour quatre accusés dont le garde pénitentiaire Guy Hervé Patrick dit Attèssèguè relaxé par la suite par le juge pour des faits non établis.

Le 8 septembre, Kaboré Abdoulaye, déjà en détention à la prison civile de Dimbokro, sollicite, par SMS, Yavo Mathurin, garde pénitentiaire, à l’effet de lui faire parvenir, moyennant 30 000 FCFA, un colis, contenant de la pâte d’arachide et 500 g de cannabis, qui se trouverait à la gare routière.

Le collaborateur de justice qui trouve là une aubaine pour se refaire une santé financière ne se fait pas prier.

Une fois en possession du colis prohibé par l’entremise d’un de ses collègues, Yavo Mathurin qui sait qu’il ne réussira jamais seul à le faire entrer dans la prison, en raison du système de fouille impose par le nouveau régisseur, le déballe, soustrait les objets licites qu’il fait entrer dans la prison.

Muni des 500 g de cannabis, ll vient se confier à son chef de poste, Guy Hervé Patrick dit Attessèguè, qui, au lieu de rapporter les faits à ses supérieurs hiérarchiques, exige une augmentation de la rançon à 60 000 FCFA, sous peine de dénonciation. Mais ce chantage n’obtiendra pas l’adhésion des sieurs Kaboré et Karambiri qui y opposent un refus catégorique.

"Je voulais avoir une pièce à conviction, c’est pourquoi, j’ai exigé 60 000 FCFA, mais comme je n’ai pas pu l’avoir, j’ai fait mon rapport au commandant de compagnie", s’est défendu Attèssèguè à la barre.

De son côté, Yavo Mathurin a avoué son rôle de facilitateur dans le trafic de drogue à la prison. Une assertion rejetée par le tribunal qui a reconnu le garde pénitentiaire Yavo Mathurin et les détenus Kaboré Abdoulaye et Karambiri Yacouba coupables des faits qui leur sont reprochés et les a condamnés cinq années de prison.

ik/kp
Commentaires


Comment