Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

Des élèves déplacés de l’Ouest bientôt réinsérés dans le système éducatif dans le N’zi
Publié le dimanche 22 octobre 2017  |  AIP
Comment


Dimbokro - La réinsertion dans le système éducatif des élèves déplacés dans le N’zi à la suite du conflit communautaire qui secoue l’ouest du pays, sera bientôt une réalité avec leur inscription dans les différents établissements scolaires de la région, a rassuré le chef du service de la planification, de l’évaluation, de la documentation en charge des VBG et de la communication à la direction régionale de la Femme, de la Protection de l’enfant et de la Solidarité (FPES) à Dimbokro, Soro Gnénéyaga Siaka.

Lors d’un entretien accordé vendredi, à l’AIP, Soro Gnénéyaga Siaka a affirmé que la direction régionale de la FPES et celle de l’Education nationale, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle (MENETFP) ont tenu plusieurs réunions dans ce sens et aucun obstacle n’entrave cette opération. « Ce sont des enfants déplacés, ce sont des enfants de ce pays. Ils ont droit à l’éducation comme tous leurs camarades Nous ne pouvons donc pas les abandonner », a-t-il souligné.

Même son de cloche à la direction régionale MENETFP où le premier responsable, Alassane Konaté a affirmé avoir déjà abordé la question avec les chefs d’établissement de la région : « Nous avons instruit les chefs d’établissements de la région de recevoir ces élèves déplacés », a-t-il tranquillisé. Il a demandé aux parents d’élèves d’aller inscrire leurs enfants dans l’école de leur choix, précisant que les élèves du secondaire doivent communiquer leur numéro matricule.

M. Soro Siaka a affirmé qu’à ce jour près d’une centaine d’élèves et écoliers déplacés enregistrés par ses services sont concernés par cette opération de réinsertion scolaire. Depuis le début d’octobre, environ 200 déplacés Baoulé, sont arrivés dans le N’zi, leur région d’origine, suite au conflit foncier survenu à Guiglo, rappelle-t-on.


ik/kam
Commentaires


Comment