Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

Le préfet de Bangolo dément l’existence d’un conflit inter-ethnique dans le département
Publié le vendredi 17 novembre 2017  |  AIP
Comment


Bangolo – Le préfet de Bangolo, Chérif Brahima, a démenti mercredi la rumeur qui annonçait depuis quelques jours l’existence d’un conflit inter-ethnique dans le département dont il a la responsabilité.

« Une certaine presse a annoncé le lundi 13 novembre l’extension jusqu’à Bangolo de la crise qui oppose des communautés à Guiglo. Il n’en est rien. Il s’est plutôt agi de rumeur qui courait dans la sous-préfecture de Zou », explique M. chérif.

Selon l’administrateur, un individu répondant au nom de Sohou Killer et résidant dans la sous-préfecture de Zou est à l’origine de la propagation de cette fausse information. Il a mis sur le qui-vive des allogènes baoulé à qui il a annoncé que des mercenaires seraient entrés dans la localité en vue de les attaquer.

Interpellé par la chefferie traditionnelle et conduit à la sous-préfecture, Sohou, au cours son interrogatoire avec des gendarmes, a demandé à aller se soulager. Mais au lieu que de rejoindre des toilettes, l’accusé s’est plutôt jeté dans un puits et est mort.

Le Préfet Cherif précise que les gendarmes qui ont fait des enquêtes dans toute la sous-préfecture n’ont constaté aucun campement brûlé. Aucune personne, non plus, n’est venue se plaindre à eux par rapport à la destruction de ses habitations. Les populations vaquent sereinement à leurs occupations.

Les mois de septembre et octobre ont été marqués à Guiglo, un département frontalier à celui de Bangolo, par un conflit inter-communautaire entre wè et baoulé qui a fait des morts et des blessés, rappelle-t-on.

jn/fmo
Commentaires


Comment