Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

Des blessés et d’importants dégâts matériels dans une rixe entre élèves
Publié le vendredi 24 novembre 2017  |  AIP
Comment


Des affrontements d’une rare violence entre élèves du lycée Gouverneur Abdoulaye Fadiga (GAF) et ceux du collège privé voisin, Koné Mamadou (CKM), ont fait, jeudi à Touba, plusieurs blessés et les deux établissements saccagés.

Les élèves Touré Abou, en 4ème 5 et Bamba Mandjé, en classe de la Terminale D1 et un autre en classe de 6ème dont l’identité n’a pas été révélée, tous du lycée GAF, ont eu leurs fronts ouverts par des projectiles reçus. L’élève Fofana Drissa en 6éme 2 au CKM, fait ‘’prisonnier ‘’. Il a eu la vie sauve grâce à la promptitude des travailleurs du lycée quand il était en train d’être lynché, rapporte-t-on.

Les dégâts matériels enregistrés notamment, un pan de la clôture, le portail principal, les compteurs d’eau et d’électricité du collège privé cassés. Les toitures des bâtiments perforées par les pierres ainsi que des dossiers appartenant aux élèves, auraient été détruits par un groupe d’élèves envahisseurs venus du lycée GAF. Quant au lycée, l’un de ses tous nouveaux portails, a été arraché et le compteur d’eau vandalisé.

L’intervention des éléments de la police et de l’escadron de gendarmerie de Touba, a réussi à disperser les élèves et à ramener le calme.

Sur les origines de la bagarre, les deux parties se rejettent la faute. En effet, le président du conseil scolaire du lycée GAF, Koné Razzaq, estime que lui et ses pairs avaient repris les cours ce matin, quand des élèves du CKM, sont venus les solliciter pour les déloger afin qu’ils n’affrontent des devoirs surveillés, programmés pour l’après-midi.

Devant leur refus de se faire complices d’une situation qui ne les concernait pas, en représailles, le lycée GAF aurait essuyé des pierres. C’est dans la riposte que trois des leurs ont été blessés. Ceux de Koné Mamadou, s’inscrivent en faux contre cette version des faits. Ils soutiennent que leurs homologues du lycée ne voulant pas reprendre les cours arrêtés depuis lundi dernier, comme de coutume, ont tenté de les déloger. Et pour exprimer leur ras-le-bol, ils ont opposé cette fois-ci, un refus catégorique. Ce qui a irrité leurs visiteurs indésirables. D’où l’expédition punitive lancée selon eux, contre leur école.

Le directeur des études du collège Koné Mamadou, Konaté Aboubakar Sidiki, à la fois indigné, dépité et pratiquement sans voix, a fait savoir que son établissement, donnera une suite judiciaire à cette énième agression qu’il peine à comprendre.

Le débrayage des élèves, lundi, pour protester contre la vente des cahiers d’habiletés (d’activités), vendus par certains professeurs, continue de déstabiliser l’école à Touba, chef-lieu de la région du Bafing. Alors que plusieurs rencontres avaient été initiées pour ramener définitivement la quiétude dans les établissements scolaires, la situation s’est aggravée. Les mardis et mercredis, les cours ont été à nouveau perturbés.

(AIP)

dm/kkf/cmas
Commentaires


Comment