Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

Côte d’Ivoire/ Vingt-cinq adolescents pris en charge par SOS Village à Yamoussoukro
Publié le dimanche 26 novembre 2017  |  AIP
Comment


Yamoussoukro (AIP) -Dans le cadre de son projet "Tantie Bagages", le programme de renforcement des familles (PRF) de SOS village de Yamoussoukro a décidé de prendre en charge 25 jeunes filles et garçons, porteurs de bagages dans les marchés et gares de Yamoussoukro, avec l’objectif de les sortir de la précarité.

"SOS village a constaté le phénomène de Tantie bagages prend du terrain dans la région. Nous avons donc décidé d’aider ces enfants de les sortir de la précarité et de les insérer dans le système scolaire pour celles qui vont à l’école et dans le tissu professionnel pour ceux ou celles qui n’ont pas été à l’école", a déclaré, samedi à Yamoussoukro, le chef de projet, Hilaire N’Gotta Kouakou.

Il s’exprimait à l’occasion d’une session de sensibilisation sur les dangers liés à la précocité sexuelle et aux sorties nocturnes organisée à l’intention d’une centaine d’adolescents.

"La place des enfants n’est pas dans la rue, mais à l’école, particulièrement la jeune fille", a indiqué Hilaire N’Gotta Kouakou qui a confié que, dans le cadre du projet PRF, 11 filles ont été déjà insérées dans le système éducatif et leur scolarité totalement prise en charge par SOS village.

"Nous sommes en partenariat avec l’IFEF et notre objectif, c’est de sortir 75 adolescents au total, en 2018, de la rue et de les insérer", a révélé M. N’Gotta Kouakou.

Le programme de renforcement familial prend en charge les enfants ayant perdu la prise en charge parentale. Le programme de Yamoussoukro accueille 700 enfants de 277 familles à son siège.

Le PRF a trois axes d’intervention, à savoir le service direct qui permet aux familles et aux enfants d’avoir accès au service de base, l’alimentation, les soins, la réhabilitation des maisons des familles, dons de kits scolaires, appui psychologique, formation au métier puis insertion et installation des jeunes.

Le deuxième axe concerne le renforcement des capacités quand le troisième concerne le renforcement économique, le financement des activités génératrices de revenus pour les parents, le coaching et orientation pour aboutir à l’autonomisation.

(AIP)
nam/kp
Commentaires


Comment