Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

Côte d’Ivoire/ La stratégie du MIRAH contre la peste porcine expliquée aux acteurs de la filière à Niakara
Publié le samedi 23 decembre 2017  |  AIP
Comment


Niakara - La représentation départementale du ministère des Ressources animales et halieutiques (MIRAH) à Niakara (Centre-Nord, région du Hambol) a échangé avec les éleveurs de porcs des villages du complexe sucrier de Ferké, à 100 km au Nord de la ville, pour non seulement recueillir leurs préoccupations, mais aussi sensibiliser ceux-ci sur la stratégie mise en œuvre par la tutelle contre la peste porcine africaine.

Devant plus de 60 éleveurs de porcs venus de Pangalakaha, de Nayolvogo, de Tiegbo et d’Amaravogo mais aussi ceux de Largatonkaha, de Nadiokaha, d’Extension et des villages 1, 2 et 3 dans la de la SUCAF-CI 2, le directeur départemental du MIRAH, Thimotée Sahin, a expliqué les efforts du gouvernement ivoirien, tant pour l'éradication de la peste porcine africaine et la préservation de la santé des populations que pour la sauvegarde des intérêts des acteurs de la filière.

"L'abattage sanitaire des porcs, le ratissage, la désinfection des porcheries et enfin l'indemnisation des éleveurs sont les opérations nécessaires de lutte contre la peste porcine", a-t-il recommandé tout en annonçant une autre mission de la direction des services vétérinaires (DSV).

Appelant à une franche collaboration, M. Sahin a insisté auprès des éleveurs de la zone SUCAF-CI 2 afin que tous les porcs (sans exception) soient abattus et mieux, par la DSV.

Il les a exhortés à faire confiance au gouvernement sur le dédommagement des victimes non sans préciser que cette importante phase dépend du succès de l'abattage sanitaire obligatoire de tous les porcs de la SUCAF-CI 2, y compris les porcs coureurs.

Du 19 au 23 novembre, une mission de la DSV avait abattu 1936 porcs suspectés d'être atteints de la peste dans la zone de la SUCAF-CI 2. Mais les éleveurs attendant toujours leurs dédommagements, signale-t-on.

(AIP)

Jbm/kp
Commentaires


Comment