Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

Côte d’Ivoire/ Accusé de trahison, le chef de la confrérie dozos de Kafiné (Niakara) tabassé nuitamment
Publié le dimanche 24 decembre 2017  |  AIP
Le
© Autre presse par DR
Le rôle traditionnel des chasseurs dozos expliqué à des touristes sur le mont Denguélé
Comment


Niakara - Le chef de la confrérie chasseurs traditionnels, communément appelés "Dozos", du village de Kafiné, dans la sous-préfecture de Niakara (région du Hambol), accusé de traitrise, a passé des moments difficiles, dans la nuit de mercredi à jeudi, ligoté et tabassé par ses administrés.

Antoine Camara Lonang, chef du village de Kafiné, a dit avoir été saisi par Norbert Koné Atchoumnan, chef des dozos du village, d'une plainte portant sur l'abattage de ses bœufs par deux jeunes résidents.

Dans la soirée de mercredi au domicile du chef Antoine Camara, la notabilité décide d’élucider l'affaire en présence des mis en cause, leurs parents et le plaignant.

Les deux jeunes accusés, agriculteurs de leur état, nient les faits, mais le chef des dozos maintient son accusation qui, selon lui, s'appuie sur le témoignage d'une quarantaine de jeunes (complices des deux accusés) venus de Fronan, dans le département de Katiola.

La notabilité décide alors de faire appel à ces jeunes, par les services de son homologue de Fronan, pour une confrontation avec les accusés.

Récusant les jeunes de Fronan, le chef dozo s'oppose avec véhémence à l'option de la notabilité et décide de se tourner vers la gendarmerie.

Dans la même nuit, il est appréhendé par ses pairs et conduit dans la forêt sacrée qui jouxte le village. Il est ligoté et tabassé par une horde de jeunes dozos en furie qui, dans la foulée, ont détruit des huttes et d’autres biens des éleveurs de bovins du village.

Ces chasseurs locaux reprochaient à leur chef et à son adjoint Issa Koné (qui a fui cette nuit-là) d'être des "traitres qui pactisent secrètement avec les éleveurs et l'élevage de gros ruminants dans le village".

Norbert Atchoumnan Koné a eu la vie sauve grâce à l'intervention du chef du village de Kafiné, Antoine Camara Lonang.

Le préfet intérimaire de Niakara, Yacouba Ouattara, qui s'est rendu tôt jeudi à Kafiné, suite à des rumeurs d'affrontements entre agriculteurs et éleveurs de la localité, a appelé les habitants au civisme, au vivre ensemble, à la cohésion et à la paix, socle de tout développement harmonieux et durable.

(AIP)

Jbm/kp
Commentaires


Comment