Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Région
Article
Région

La grève du SYNAMICI cause des désagréments à Dimbokro
Publié le mercredi 17 janvier 2018  |  AIP
Comment


Dimbokro – L’absence des travailleurs du ministère de l’Intérieur et de la sécurité regroupés au sein du Syndicat national des agents du ministère de l'intérieur de Côte d'Ivoire (SYNAMICI), des différents bureaux notamment à la sous-préfecture et la préfecture pour raison de grève, cause d’énormes préjudices aux usagers qui ont besoin des divers actes pour leurs activités, a constaté l’AIP, lundi, au début de la deuxième semaine de ce mouvement.

Le SYNAMICI a déclenché cette grève pour revendiquer l’application des points d’accord qui ont été convenus entre la tutelle et les grévistes, lors d’un séminaire tenu du 17 au 18 octobre 2017, à Abidjan. Il s’agit, entre autres, de la signature du décret portant institution d’indemnités d’astreintes, la tarification des actes et la prise d’acte garantissant l’emploi des fonctionnaires en service dans les collectivités territoriales.

« Je suis venu chercher mes extraits que j’ai déposés il y a quelques jours mais chaque fois que je passe je ne trouve pas d’agents pour me situer. Il faut que l’Etat examine cette situation qui nous cause des désagréments », a Guillaume Konan Félicien rencontré, lundi vers 10H devant les portes closes de la sous-préfecture de Dimbokro.

A la préfecture, c’est le calme plat. En dehors, des deux secrétaires généraux de préfecture et du préfet, aucun agent en service dans les bureaux. « Je suis venu voir à quel niveau se trouve mon dossier de demande d’occupation d’un terrain villageois mais je ne trouve pas d’interlocuteur. On m’a fait entendre que les agents sont en grève. Ce n’est pas bon car cela me retarde », a déploré un exploitant, Kouakou Kouakou.

Pour le secrétaire général local du SYNAMICI, Kpangni Théophile, les grévistes sont décidés à aller jusqu’au bout afin que l’Etat mette en application les accords.

« On ne peut pas comprendre par exemple que l’Etat qui somme les entreprises privées de déclarer leurs employés à la CNPS ne déclare pas lui-même ces propres travailleurs », s’est-il indigné. Pour l’heure, la valse des demandeurs d’extrait de naissance et autres actes continue sans succès devant la sous-préfecture et la préfecture à Dimbokro.

ik/cmas
Commentaires


Comment