Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

Côte d’Ivoire/ Les femmes invitées à plaider pour la parité dans la production des émissions d’expression directe
Publié le jeudi 8 mars 2018  |  AIP
Cérémonie
© Présidence par DR
Cérémonie de remise du Rapport d`activités annuel de la Haute Autorité de la Communication Audiovisuelle (HACA) au Président OUATTARA
Jeudi 11 février 2016. Abidjan. Cérémonie de remise du Rapport d`activités annuel de la Haute Autorité de la Communication Audiovisuelle (HACA) au Président de la République, SEM Alassane OUATTARA, au Palais de la Présidence de la République.
Comment


Abidjan - Les femmes ont été invitées à faire un plaidoyer auprès des médias de service public afin qu’elles envisagent la prise en compte de la parité dans la production des émissions d’expression directe, lors d’une table ronde portant sur le thème, «Genre et Audiovisuel : la Place et l’Image de la Femme dans les Médias Audiovisuels ».

S’exprimant, mercredi, à l’occasion de cette table ronde organisée par la Haute autorité de communication audiovisuelle (HACA), en vue de rehausser l’image et la place des femmes dans le secteur des médias, le directeur des programmes, de l’information et de la documentation à la HACA, Traoré Daouda a proposé également que les femmes s’approprient les programmes des médias de service public pour remédier à la sous-représentation des femmes dans les espaces d’expression.

La présidente du Réseau des femmes journalistes et des professionnelles des médias de la communication de Côte d’Ivoire, Agnès Kraidy a souhaité que les compétences féminines dans les médias soient valorisées. Elle a, en outre, recommandé qu’un soutien soit apporté aux organes dont le rôle et les missions participent ou participeront à la promotion de la femme de façon générale et singulièrement dans les médias audiovisuels.

Pour le président de la HACA, Ibrahim Sy savané, qui a procédé à l’ouverture des échanges, cette journée peut être mise à profit pour réfléchir et agir. « Réfléchir, pour comprendre les déterminants d’une telle situation. Agir, pour corriger les asymétries de tous ordres », a-t-il soutenu.

« La journée internationale de la femme ne devrait pas être une occasion de bruyantes réjouissances. Elle nous renvoie au contraire, aux disparités, aux déséquilibres qui peuvent obérer les chances d’une évolution harmonieuse de notre société », a commenté le président de la HACA.

L’ancienne ministre Danièle Boni-Claverie, ainsi que des personnes issues des ministères, des institutions, des organisations internationales, ainsi que des responsables des organisations de la société civile et structures du secteur de la communication ont pris part à cette table ronde.

(AIP)

ano/akn/fmo
Commentaires


Comment