Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Le préfet de Kani dénonce "l’incivisme" de certaines populations du Worodougou

Publié le lundi 21 mai 2018  |  AIP


Séguéla – Le préfet de Kani, Boka Kouassi Vincent, dénonce "l’incivisme" de certaines populations de la région du Worodougou qui mettent à mal, par ce fait, le développement de la région.

« Il y a lieu de noter qu’un péril risque d’amenuiser tous les efforts consentis pour consolider la paix sociale et le développement. Il s’agit de l’incivisme, de la réticence au respect des lois et règlements, de la banalisation des symboles de l’Etat ainsi que des personnes qui les incarnent », a déclaré Boka Kouassi Vincent, Représentant le préfet de région Benjamin Effoli à la premières session ordinaire 2018 du Conseil régional du Worodougou, samedi au siège de cette structure au quartier Bakayoko extension de Séguéla.

M. Boka a énuméré des cas de chefs de terres qui bafouent l’autorité des sous-préfets, de jeunes gens qui menacent de battre des forces de l’ordre, ou encore de villageois qui refusent de collaborer avec l’administration dans la lutte contre l’orpaillage clandestin.

« Le développement dans une telle ambiance devient extrêmement difficile. La dégradation des mœurs et du tissu social ne va aboutir qu’au seul résultat de noyer les efforts immenses déployés par l’Etat », a regretté le préfet de Kani, qui a appelé les élus à "faire preuve de courage pour ne pas suivre les populations dans certaines de leurs habitudes, surtout celles qui sont contraires à la loi".

« Aidons-nous mutuellement à créer un environnement propice au développement et à l’amélioration des conditions de vie de nos populations », a-t-il plaidé.

Pour le premier vice-président représentant le président du Conseil régional, Issiaka Fofana, il y a des efforts à faire pour que l’autorité des sous-préfets soit restaurée. "Parce que certains, parfois dépourvus de moyen de locomotion, vont emprunter les motos des populations pour se déplacer. Du coup, celles-ci ont du mal à leur donner le respect dû à leur rang", a-t-il dit.

Il a lancé un appel à l’endroit du gouvernement pour remédier à la situation des administrateurs, "autrefois agents de commandement, aujourd’hui agents de développement de proximité".

kkp/tm
Commentaires


Comment