Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Treichville - Quel type d’Habitat pour une Cité moderne et modèle...

Publié le lundi 2 juillet 2018  |  Treichville Notre Cité


Formée à partir d’un village dénommé Anoumabo jusqu’à 1938, la Commune de Treichville, du nom de Treich-Laplène, fondateur de la colonie de Côte d’Ivoire, est un vieux tissu urbain en pleine mutation. Autrefois, la Cité n’zassa ou cosmopolite, (nom qu’elle tire de sa diversité culturelle et surtout parce qu’elle est considérée comme la CEDEAO en miniature) enregistrait plusieurs cours communes. Aujourd’hui la Côte d’Ivoire aspire à l’émergence en 2020, et «Treichville, commune modèle et moderne, de sa volonté d’être le pendant du Plateau», dixit le Premier Magistrat de la Commune est dans cette dynamique. Ainsi son actuel habitat social à cheval entre les cours-communes-économiques et les nouveaux buildings est-il adapté ? D’où la question fondamentale : Quel type d’habitat pour une telle Commune à l’heure de l’émergence ?

Treichville est une Commune unique en son genre. Pour cela, elle mérite, une étude spécifique, voire un projet urbain particulier, qui s’inscrit dans une politique de rénovation pour l’amélioration des conditions de vie des habitants au niveau de l’habitat.

Nécessité d’une amélioration du tissu urbain

La Côte d’Ivoire veut être un pays émergent à l’horizon 2020. Pour ce faire, tous les secteurs d’activités adhèrent à cette dynamique. En tant que secteur en perpétuelle mutation, l’immobilier s’adapte à tout vent de développement. Lorsqu’on parcourt la Cité cosmopolite, trois constatations sont à noter au plan visuel. La première est que sur le plan spatial, la Cité n’zassa ne peut connaître d’extension tant elle est enclavée au nord par la Commune de plateau, au sud par celle de Marcory, à l’est par la lagune et à l’ouest par le Port Autonome d’Abidjan. Elle n’a plus de zones à construire et dispose de moins en moins d’espaces verts. Le deuxième constat est que dans la Commune de Treichville cohabitent des habitations simples, des immeubles de commerce, de bureau et d’habitation. Tandis que la dernière constatation est la surdensité non planifiée de sa population. Dans l’interview accordée par Monsieur Koupo Gnoleba, Architecte Général de l’Etat, Hors Hiérarchie et Chevalier de l’Ordre du Mérite de la Fonction Publique, dans le courant du mois de mars 2017, la problématique du nouveau visage de l’habitat affirme-t-il réside dans la densification non planifiée de la population de Treichville. « Je dirais tout simplement que Treichville ne connaît pas une amélioration de son tissu urbain mais plutôt Treichville subit une densification non planifiée qui aura des conséquences néfastes sur son territoire. Donc, c’est un cadre de vie qui va apporter beaucoup de nuisances aux populations de Treichville si des études n’accompagnent pas cette densification ».
A la question de savoir quelles seront les conditions pour une amélioration du tissu urbain de la Cité cosmopolite, le spécialiste répond sans ambages. «Ce survol rapide des conséquences d’une forte urbanisation suffirait à lui seul à justifier les orientations nouvelles à prendre par les pouvoirs publics en faveur du développement de Treichville. Il apparaît clairement que les problèmes de toute nature engendrés par les grandes agglomérations croissent plus vite que la taille de celles-ci et qu’il est préférable de ne pas dépasser certains seuils, sauf à vouloir perdre tout contrôle sur le gouvernement de la cité. Les pouvoirs publics doivent imposer de nouvelles règles visant à pallier tous ces inconvénients. De même, la mise en place d’un plan de circulation pourrait remédier aux problèmes de circulation. Des études qui vont permettre de transformer les contraintes en atouts, doivent s’appuyer sur la réalisation d’un état des lieux détaillé et minutieux. Treichville doit bénéficier d’un projet urbain. C’est-à-dire que Treichville doit s’inscrire dans une politique de rénovation urbaine spécifique à son territoire ».

Le type de logements

Il importe de vouloir faire de Treichville une Commune d’envergure internationale alignée sur des perspectives du développement durable. Cela n’implique pas moins la question d’un habitat durable. Dans ce cas, l’habitat doit répondre à un certain nombre de critère. De facto, les cours communes n’ont plus droit de cité à Treichville. Modernisation et surdensité obligeant, ce type d’habitation est dépassé et bien souvent rétrograde. Face à l’enclavement, il faut un type d’habitat qui permet de concentrer un nombre bien défini de populations sur un espace déterminé. Les immeubles ou maisons en hauteur éviteront un étalement urbain pour faire place à une cité moderne viable. «Toutes les constructions effectuées dans la Commune sont soumises à des contrôles stricts», affirme Adjey Kassy Serges, sous-directeur du Domaine, de l’Urbanisme, de l’Habitat et du patrimoine à la Mairie de Treichville. Et son collaborateur Mambo Ignace d’aller dans le même sens. « Aucun projet de construction n’est pris à la légère. Tout est passé au peigne fin par les agents des services de l’Urbanisme et de l’Habitat, avant que ne soit donné l’accord. Il y va de la crédibilité de la Mairie, qui engage des vies humaines. Ces bâtiments pourront résoudre les problèmes d’assainissement et d’insalubrité. Je suis persuadé, qu’avec ces constructions, les connexions anarchiques et hors des égouts disparaîtront. C’est tout Treichville, qui sera assaini et beau», a indiqué le Chef de service du Domaine de l’Urbanisme, de l’Habitat et du Patrimoine.

Modernisation Sodeci, Cie, canalisation

L’habitat prend aussi en compte l’alimentation en eau courante et en électricité. A ce niveau, « beaucoup de travaux ont été faits par la Mairie», a avancé serges Kassy. Avant de poursuivre : « D’abord, au niveau de la Sodeci, la pression de l’eau a été revue. Il y a une forte augmentation de la quantité d’eau pour ces constructions en hauteur et les populations. Il n’y aura, donc, pas de pénurie. Ensuite, pour l’électricité, des compteurs ont même été offerts aux populations par Monsieur le Maire, qui a, aussi également, effectué des travaux d’éclairage public. Il n’y aura donc pas de problème de tension. Tout le monde sera pourvu en électricité ». Ce qui veut, à fortiori, signifier, que les habitants ne souffriront pas de pénurie en matière d’eau et d’électricité. Qu’en est-il alors des canalisations, qui constituent un pan important en matière d’habitat ? Pour Kassy Serges, avec les résultats des travaux effectués, il n’y a aucun doute en ce qui concerne l’écoulement et les évacuations d’eau de tout genre. les canalisations ont été modernisées et les matériaux neufs sont très résistants. Les maisons en hauteur auront leurs tuyaux d’écoulement d’eaux usées connectés directement sur les égouts. Au regard des grandes dispositions prises récemment par la Mairie, l’ONAD et la SODECI en prévision des saisons des pluies et des inondations, les populations riveraines dorment sereinement même si le risque zéro n’existe pas. Car les pluies diluviennes et leurs lots d’inondations ne sont pas sans conséquences et ne laissent aucunement indifférents la Mairie et ses partenaires au développement, que sont l’Office National de Drainage (ONAD) et la Société de Distribution d’Eau en Côte d’Ivoire (SODECI). Et pour cause, depuis le mois de janvier 2018, les trois (3) entités ont accordé leurs stratégies pour prévenir les effets néfastes des eaux de pluie. Ainsi dans l’optique d’être sur le terrain dès janvier jusqu’en avril 2018, un recensement des points cruciaux a été effectué. Ce plan de pré saison 2018 a cerné treize (13) points critiques dans la Commune et souligné la nature des ouvrages, les anomalies, les actions à mener et les intervenants. Ainsi, l’ONAD et la SODECI interviendront-ils à l’avenue 21 sur le tronçon de la rue 44 ; à l’échangeur de Belleville au niveau de la buse 1200 exutoires où l’inondation est fréquente ; sur la chaussée pour désobstruer l’exutoire et curer le réseau. Pour la même raison (inondation de la chaussée), l’ONAD et la SODECI vont curer le canal, les canalisations et les caniveaux de la rue 38 du côté de la gare de Bassam où se trouvent des caniveaux, avaloirs et une conduite enterrée. Dans cette même gare, la Mairie, L’ONAD et la SODECI effectueront de concert les mêmes travaux en vue de préserver la chaussée de la montée des eaux pluviales. Par la suite, L’ONAD et la SODECI iront sur la contre allée du Boulevard Valérie Giscard d’Estaing près de la pharmacie Levant pour réaliser un regard de visite et curer la conduite principale. Pour éviter les inondations de la voie et de la cour du Palais des sports, la Mairie et la SODECI vont curer les caniveaux et les conduites du Palais des sports non loin de la Sodimat.

Environnement : salubrité, mentalité

Incontournable pour l’habitat, l’environnement constitue le cordon d’appréciation tant il peut d’avance permettre de savoir les conditions de vie des populations et la façon de vivre de celles-ci. Avec le nouveau type de construction, les lessives et vaisselles ne se feront plus dans les cours. Il n’y aura, donc, plus d’eau sale déversée dans les rues. Les immeubles étant contrôlés, des déchets ne joncheront plus les abords des voies. À l’ opposé des cours communes et leurs abords, la plupart des immeubles déjà construits sont salubres. Et les gens n’ont pas pour habitude de salir des lieux propres. En somme, ces maisons en hauteur feront naître chez les populations un changement de mentalité. L’équipement en parkings de ces immeubles sera un atout majeur pour l’environnement. Cela d’autant plus que les rues de la Commune ne seront aucunement plus encombrées par des véhicules. Et pour cause, les stationnements anarchiques, qui posent un problème de circulation seront de moins en moins visibles. Par la même occasion, la circulation connaîtra une fluidité quotidienne certaine.

Espacement des immeubles : ce que dit la loi

La loi demande au minimum quatre (4) mètres entre les bâtiments. Celui, qui veut aller au-delà peut faire un mitoyen en se rapprochant de son voisin. Le mitoyen est aussi autorisé par la loi. Au niveau de Treichville, cette disposition réglementaire est respectée. Celui qui outrepasse les normes est vite rappelé à l’ordre soit par son voisin, soit par la Mairie qui lui délivre une mise en demeure. Celle-ci lui fait injonction de détruire la partie débordante de l’immeuble.

Permis de construire et cadastre

Les permis de construire sont délivrés par la Mairie qui prend, donc, le temps d’aviser les techniciens pour les conformités d’usage. Les critères sont respectés tant au niveau des reculs par rapports aux voies de circulation, à l’Occupation du Domaine Public (ODP), que de la cohabitation avec les autres bâtiments. Même au niveau de la salubrité, tous les gravats de sable, que vous voyez partout, sont taxés. Il s’occupe uniquement de ce qui est foncier rural. Il s’agit, notamment, des lots, des plans, des limites des habitations... Il intervient aussi dans les situations conflictuelles pour trancher et mettre d’accord les antagonistes, bien que malgré les bornes, certaines personnes se croient rusées

Source : Direction des Services techniques et de l’environnement de la Mairie de Treichville
Commentaires


Comment