Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

Plaidoyer pour la relance de la filière porcine à Ferkessédougou

Publié le samedi 22 septembre 2018  |  AIP


Ferkessédougou - Les propriétaires de fermes porcines ont fait, vendredi, à Kafalovogo, un plaidoyer pour la relance de leur activité, plusieurs mois après la peste porcine africaine qui a contraint l'abattage de leurs animaux.

"Je suis veuve sans moyens. Depuis des années, c'est grâce à mon activité que je nourrissais mes enfants et que j'assurais leur scolarité. Depuis l'abattage des animaux, ma ferme est en ruine, je n'ai plus rien, je n'arrive plus à nourrir ma famille", a déclaré Mme Yéo M'Bé, propriétaire d'une ferme semi-moderne qui a subi l’abattage des porcs dans le cadre de la lutte contre la peste porcine.
Elle demande à l'État de se pencher sur le cas des éleveurs de porcs de Ferkessédougou qui, ayant tout perdu, sont dans la plus grande désolation.

"Ici à Kafalovogo, nous sommes plusieurs dont de vieilles personnes. Nous ne vivons que de l'élevage des porcs. La situation est critique pour nous tous. Depuis que ce problème est survenu, vraiment, ça ne va pas", a ajouté dame Yéo.

Son plaidoyer est appuyé par d’autres éleveurs, propriétaires de fermes porcines à Kafalovogo.

"J'ai perdu au total 39 porcs dont plusieurs truies de race. Neuf sont morts de la peste et trente ont été abattus par les services sanitaires d'éradication de la peste porcine. C'était en novembre 2017. Le dédommagement qui a été fait un mois plus tard, a été une vraie désillusion. Aujourd'hui mon activité est bloquée", a indiqué M. Sékongo Vincent qui affirme avoir la charge de plusieurs frères et sœurs, des élèves et étudiants.

"Je n'arrive plus à payer la scolarité des élèves comme avant. Pour les étudiants qui sont à Abidjan, je ne peux plus faire face à leurs besoins alimentaires, ni payer leur loyer, encore moins les frais universitaires. Ce n'est pas facile pour moi, sans la reprise de mon travail", a dit Sékongo Vincent qui plaide pour un vrai dédommagement par rapport aux porcs abattus par les équipes sanitaires de lutte contre la peste bovine.

Une peste porcine d'origine africaine, survenue à Ferkessédougou en septembre 2017, a causé l’abattage de plusieurs porcs, suite aux mesures prises par le gouvernement en vue d'éradiquer totalement le fléau. Les localités de Kafalovogo et de Lanviara ont été les plus touchées parce que comptant le plus grand nombre de porcheries tant traditionnelles que semi-modernes.


(AIP)
ti/kp
Commentaires


Comment