Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Quatre tonnes de marchandises prohibées et de contrebande incinérées par la Douane à Abengourou

Publié le jeudi 6 decembre 2018  |  AIP
1,250
© AIP par DR
1,250 T de stupéfiants saisis et incinérés à Yamoussoukro
1,250 tonne de drogue, de stupéfiants et de produits pharmaceutiques prohibés saisis par la cellule anti-drogue de la gendarmerie de Yamoussoukro ont été incinérés jeudi à la décharge de la capitale politique et administrative ivoirienne.


Abengourou - La direction régionale des douanes d’Abengourou a procédé mercredi à l’incinération d’environ quatre tonnes de marchandises diverses prohibées et de contrebande saisies dans les différents bureaux et postes frontières de Bouna, Bondoukou, Agnibilékrou et Abengourou.

Il s’agit principalement de produits pharmaceutiques non enregistrés (PPNE), notamment, des comprimés et des sirops dont la quantité globale est évaluée à 3,9 tonnes. Ces marchandises prohibées et de contrebande se composent également de plusieurs cartons de cigarettes et d’une importante quantité de cannabis évalué à 17kg.

Selon le directeur régionale des douanes, Lt-Col Sanogo Ousmane, ces produits prohibés et de contrebande, saisis et détruits, proviennent des pays voisins, notamment, le Burkina Faso et le Ghana, à partir desquels ils sont acheminés sur le territoire ivoirien en petite quantité à travers des pistes.

Il en appelle donc à une bonne collaboration des populations en dénonçant les contrebandiers. «Tous les mouvements suspects de personnes et de marchandises doivent être signalés à nos agents dans les bureaux frontières », a recommandé le premier responsable de la direction régionale des douanes d’Abengourou aux populations.

Il se dit convaincu que la dénonciation de ces contrebandiers et de toutes ces personnes qui transportent des produits prohibés va participer forcement de la préservation du tissu économique national et de la santé des ivoiriens.

rkk
Commentaires


Comment