Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

Plaidoyer pour l’accélération de la sécurisation du foncier rural dans le Gontougo

Publié le lundi 18 fevrier 2019  |  AIP


Bondoukou – Un conseiller régional du Gontouto, Ouattara Nanakan plaide pour l’accélération de la sécurisation du foncier rural dans cette région, déplorant que "les opérations au niveau de notre région sont grandement retardées, alors que nous sommes bénéficiaires au même titre que le district des Montagnes".

le Gontougo, à l’occasion de la première session ordinaire du conseil régional, samedi, à Bondoukou (Nord-est).

« Les opérations au niveau de notre région sont grandement retardées alors que nous sommes bénéficiaires au même titre que le district des Montagnes », a fait savoir Ouattrara Nanakan, conseiller régional.

Selon M. Ouattara, par ailleurs directeur du foncier rural au ministère de l’Agriculture, la région du Gontougo bénéficie d’un financement en cours pour la sécurisation du foncier rural qui consiste à la délimitation du territoire des villages et la facilitation des délivrances des certificats fonciers, afin que les litiges inter-communautaires entre villages ne resurgissent plus.

Il a exprimé sa crainte de voir la région du Gontougo privée des projets de développement du troisième pôle agro industriel destinés aux terres sécurisées.

"Nous risquons d’être fort surpris que la grande partie de ce financement soit attribuée à la région du Bounkani qui est très avancée dans la sécurisation de ses territoires", a-t-il fait remarquer, conseillant de mettre à profit les alliances interethniques et les pactes signés entre les différents peuples pour mettre fin à tous les litiges qui bloquent le processus de sécurisation des territoires villageois.

En juillet 2018, Le directeur général de l’Agence foncière rurale (AFOR), Bamba Cheick Daniel avait octroyé un appui financier pour le fonctionnement de près de 300 comités villageois de gestion foncière de la région du Gontougo.

Ce financement décaissé par la Banque africaine de développement (BAD) s’inscrit dans le cadre du Programme d’appui au renforcement de l’inclusion et de la cohésion sociale (PARICS). Il vise à aider les comités villageois à la délimitation de 405 territoires répartis dans 26 sous-préfectures dans le Gontougo.


zaar/ask
Commentaires


Comment