Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

Des populations de Niakara sensibilisées sur le tri et la collecte sélective des ordures

Publié le lundi 8 avril 2019  |  AIP


Niakara - Des responsables de la Sucrerie africaine en Côte d'Ivoire (SUCAF-CI) ont organisé une journée de salubrité et de planting d'arbres, samedi, sur le site 2, dans la sous-préfecture de Badikaha, au cours de laquelle ils ont optimisé la sensibilisation des populations locales quant au tri et à la collecte sélective des ordures selon leur nature.

Selon Germain Kouassi, agent au service en charge de l'environnement et de l'hygiène à la SUCAF-CI 2 et dans les villages environnants, des populations peinent encore à utiliser à bon escient les dépôts d'ordures mis à leur disposition par la compagnie sucrière.

"Les dépôts d'ordures sont compartimentés en trois blocs munis d'enseigne, de couleurs et de gravures expressives indiquant la nature des déchets susceptibles d'y être déposés mais ce message passe peu , ou pas, auprès de certains habitants d'où cette actions de proximité", a-t-il souligné, justifiant l'opération de salubrité tenue au quartier "Pays-Bas" de la SUCAF-CI 2.

Par ailleurs, le sous-préfet de Badikaha, Kouadio Kan, et le directeur général adjoint (DGA) de la SUCAF-CI, Jean-Pierre Champeaux, ont pris part, tôt samedi matin, à une séance de planting d'arbres organisée avec les habitants dudit quartier populaire.

Dans le but d'assainir l'environnement et de veiller au bien-être des travailleurs et autres, la SUCAF-CI a mis à la disposition des habitants de ses sites et des villages riverains, des dépôts d'ordures disposant de trois blocs distincts destinés, chacun, à recevoir spécifiquement des déchets métalliques, plastiques et biodégradables.

Cette vision avant-gardiste de la gestion à la source des ordures selon leur nature, basée sur le tri et la collecte sélective, se veut une pédagogie de proximité et un engagement participatif quant à une meilleure protection de l'environnement, selon un responsable de la SUCAF-CI.


jbm/fmo
Commentaires


Comment