Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

La jeunesse du N’zi dit non à l’immigration clandestine à Dimbokro

Publié le samedi 13 avril 2019  |  AIP


Dimbokro - Consciente que l’immigration clandestine est un voyage sans retour qui endeuille de nombreuses familles en Côte d’Ivoire en général et dans le N'zi en particulier, la jeunesse de la région du N’zi dit non à la migration irrégulière, lors d’une conférence co animée, samedi, par le directeur des affaires sociales et culturelles et du développement humain du conseil régional du Bafing, Chérif Lacina Aidara et le chef du projet de l’agence emploi jeune, Touré Doudou.

Cette conférence, qui a porté sur le thème« Jeunes de Dimbokro, la migration irrégulière vers l’Europe est un voyage sans retour », s'est déroulée en présence de nombreux jeunes à la préfecture de Dimbokro.

« Nous, jeunes du N’zi, nous aimons la vie, nous voulons vivre, pouvons et voulons travailler pour réussir socialement, pouvons et devons réussir ici en Côte d’Ivoire et sommes convaincus que la vie ne se vit pas au brouillon et c’est pour cela nous disons non à l’immigration clandestine ou irrégulière qui est aujourd’hui un voyage sans retour », se sont engagés les jeunes du N’zi, dans une charte, en présence du sous-préfet central de Dimbokro, Zagou Serges Rodrigues.

Ils ont également dit non à la mort volontaire dans le désert et sur les routes de l’immigration, à la mort dans les prisons et les océans, à l’esclavage moderne, au trafic et à la traite des humains dans les pays de transit au cours de cette conférence prononcée dans cadre de la deuxième édition de la journée anti-migration irrégulière des jeunes du N’zi, initiée par l’Union perpétuelle des jeunes de Bendekro (UPJB), troisième prix national d’excellence de la meilleure association de jeunesse de Côte d’Ivoire, coachée par la direction régionale de la Promotion de la Jeunesse et de l’Emploi des jeunes.

Saluant l’engagement pris par les jeunes du N’zi, le conférencier, Chérif Lacina Aidara a les a exhortés à une prise conscience. « Certes, la vie n’est pas facile mais plusieurs raisons et facteurs permettent d’affirmer qu’on peut s’en sortir, s'enrichir en restant sur place », a-t-il affirmé, relevant les opportunités offertes aux jeunes par le gouvernement ivoirien en matière d’éducation et d’instruction, d’emploi et d’entreprenariat.

Selon des statistiques, 19 144 immigrés sont morts aux frontières de l'Europe, entre 1988 et 2013, dont 8 479 disparus en mer, rappelle-t-on.

(AIP)
ik/fmo
Commentaires
Playlist Société
Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment